Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Grèce : une première manifestation des "Indignés" grecs via les réseaux sociaux

de : via LL
jeudi 26 mai 2011 - 09h26 - Signaler aux modérateurs

Plusieurs milliers de Grecs ont envahi mardi soir la place Syntagma au centre d’Athènes, à l’appel du collectif les "Indignés", qui proteste, sur le modèle espagnol, via les réseaux sociaux contre les mesures d’austérité qui frappent le pays, englué dans la récession. Environ 8.000 personnes, dont énormément de jeunes, étaient présentes selon la police, tandis que d’autres manifestations spontanées sur le même modèle avaient lieu dans d’autres villesgrecques, notamment à Salonique (4.000 personnes selon la police).

Le rassemblement, inspiré de celui de la Puerta del Sol à Madrid, a été organisé via internet, notamment le réseau Facebook, sous un seul mot "les indignés", qui rassemble à droite et à gauche. Mardi soir, la page Facebook "Indignez vous à Syntagma" comptait 32.500 fans. Lundi soir, au moment où l’appel à manifester est arrivé dans les rédactions, elle n’en comptait que 22.000 environ. Sur la place, quelques slogans, comme "voleurs" ou "kleptocratie", ont été criés à l’encontre du gouvernement, malgré un mot d’ordre de rassemblement silencieux.

Pour Dimitris Georgiou, un chômeur de 28 ans qui travaillait auparavant dans un groupe pharmaceutique "il n’est plus possible de supporter tout ça". "Il faut que ceux qui ont volé paient", a-t-il dit à l’AFP. Dora Gazi, ex-publicitaire, 35 ans, dit avoir "fait face à la précarité depuis trois ans et demi". "Cela ne peut plus durer. Les gens doivent réagir. Pas violemment, mais avec des manifestations pacifiques", a-t-elle dit. Plus loin, Georges, 44 ans, bijoutier, se disant apolitique et anti-syndicat, est venu simplement parce qu’il a "entendu parler d’un rassemblement d’indignés".

Un homme âgé d’une quarantaine d’années, constate qu’en "Espagne, cela a commencé avec des groupes de quelques centaines de personnes". "En Grèce, nous sommes toujours en retard, et nous voulons tout maintenant", a-t-il ajouté.

Plus loin, une femme, âgée d’une cinquantaine d’années soupire contre les privatisations annoncées par le gouvernement sous la pression de ses créanciers pour tenter de désendetter le pays : "Il était temps qu’il y ait une manifestation comme celle-là. Ils sont en train de vendre le pays". Un autre défilé de salariés de l’entreprise énergétique PPC-DEI, rassemblant environ 1.000 personnes selon la police, s’est d’ailleurs déroulé dans une autre partie de la capitale grecque contre le projet de privatisation, également annoncé dans le cadre du plan de redressement économique du pays, sous la pression des créanciers de la Grèce. Le gouvernement grec a annoncé lundi un plan prévoyant des privatisations immédiates, dont celle de PPC-DEI, et de nouvelles mesures d’austérité, dont des hausses d’impôts, et des coupes sociales, alors que le chômage progresse sur fonds de récession pour la troisième année consécutive, en particulier chez les jeunes de moins de 24 ans, où il frôle les 40%.

A Madrid, les jeunes "indignés" espagnols, qui expriment le ras le bol de la jeunesse espagnole désenchantée, souvent précaire, sans réelles perspectives, ont développé un mouvement de protestation depuis quelques jours sur la place Puerta del Sol.

En Grèce, où les manifestations sont quasi quotidiennes depuis plusieurs mois contre l’austérité, il s’agit de la première protestation de ce type. Généralement, les défilés, très organisés, et encadrés par les centrales syndicales, sont annoncés longtemps à l’avance et rassemblent quasiment toujours les mêmes personnes. Ils donnent lieu souvent à des violences, devenues quasi rituelles, entre des groupes autonomes ou anarchistes qui contestent l’ordre établi et la police.

http://www.leparisien.fr/flash-actu...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite