Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Un collectif de jeunes artistes vous invite sur les pas de la Commune de Paris

lundi 23 mai 2011 - 16h00 - Signaler aux modérateurs

Les créations de Raspouteam commémorant la Commune dans les rues de Paris (Photo Pascal Riché)

Pour célébrer les 140 ans de la Commune de Paris, le collectif RaspouTeam a choisi de remettre la révolte parisienne de 1871 au goût du jour, affichant illustrations d’époque et mystérieux QR codes dans des lieux stratégiques de la capitale.

Ils sont trois, sont jeunes, sortent d’études de graphisme, histoire ou design. Difficile d’en savoir plus sur le trio de geeks à l’origine du collectif RaspouTeam, créé en 2005.

Camouflés sous des capuches sur les vidéos, ils tiennent à garder secrète leur identité et rechignent à parler d’eux. Peur de la brigade anti-graffitis ? Pas vraiment. L’anonymat leur permet avant tout de « mettre en avant leur travail collectif ».

Heureusement, quand il s’agit d’expliquer leur démarche, les langues de ces amateurs de street art se délient. Inspirés par Ernest Pignon Ernest ou encore Banksy, ils ont commencé par le pochoir et le graf, pour ensuite évoluer vers des projets plus denses comme ou aujourd’hui Le Journal illustré de la Commune de Paris.

Les créations de RaspouTeam commémorant la Commune dans les rues de Paris (RaspouTeam)

Ce dernier projet a débarqué dans les points stratégiques de la capitale le 24 février 2011. Depuis, RaspouTeam placarde son travail, jour après jour, au rythme des évènements de la commune de 1871. Quelques exemples :

« Nous avons voulu faire revivre la Commune de Paris à travers 45 articles illustrés d’interventions urbaines, correspondant à autant d’événements que nous avons choisis pour raconter cette histoire, et douze émissions de radio.

Les interventions sont reliées à l’article correspondant et au contenu audio grâce à des QR codes. »

Ces deniers, des codes barres à deux dimensions, permettent de stocker des informations numériques, comme des textes, des adresses de site Web…

Un téléphone montrant les enrichissements proposés par le collectif (RaspouTeam)

Ils peuvent être créés grâce à des générateurs gratuits sur internet et sont déchiffrables avec un simple téléphone mobile, du moment que celui-ci est équipé d’un appareil photo et du lecteur approprié.

Les nouvelles technologies au service de l’Histoire

Avec ce dispositif, RaspouTeam entend relier l’espace urbain au vaste monde d’Internet. Désordres publics, coup d’essai du collectif en la matière, lui avait permis de se faire connaître chez les spécialistes. (Voir la vidéo)


« On a d’abord été très surpris de l’écho qu’a rencontré ce petit projet. Puis la rencontre avec la boite de production Agat films et Cie a été décisive, ça nous a poussé à développer notre travail, à imaginer quelque chose de plus approfondi, et en même temps de plus accessible. »

Dans le journal illustré, RaspouTeam s’est focalisé sur l’épisode révolutionnaire de la Commune de Paris :

« A première vue, ça peut sembler très éloigné de nos vies. Pourtant, les idées de révolution sociale, de démocratie directe, d’internationalisme développées à l’époque, sont très modernes.

On peut aussi faire le rapprochement avec ce qu’il se passe actuellement en Tunisie, en Egypte, en Libye… Si on a choisi ce sujet, c’est d’abord pour son actualité. »

Les créations de Raspouteam commémorant la Commune dans les rues de Paris (RaspouTeam)

Le réel qui rejoint le fictif, le passé qui se mêle au présent… RaspouTeam casse les codes et repousse les frontières, pour inciter le passant parisien à se pencher plus profondément sur le sujet.

« On aimerait qu’ils s’intéressent à l’histoire de la Commune de Paris. Qu’ils réalisent que la devise républicaine a été un étendard révolutionnaire, pour des Parisiens qui lui donnaient un sens bien plus concret que celui qu’on veut bien lui donner aujourd’hui.

Et pourquoi pas qu’ils fassent le rapprochement avec la situation actuelle… »

La réflexion urbaine ne fait que commencer. Un nouveau projet, prévu pour la rentrée prochaine est en cours de création.

Photos : Une affiche près du métro Sentier (Pascal Riché). Les créations de RaspouTeam commémorant la Commune dans les rues de Paris (RaspouTeam)

Les créations de RaspouTeam commémorant la Commune dans les rues de Paris (RaspouTeam)

http://www.rue89.com/2011/05/23/140...

Pour célébrer les 140 ans de la Commune de Paris, le collectif RaspouTeam a choisi de remettre la révolte parisienne de 1871 au goût du jour, affichant illustrations d’époque et mystérieux QR codes dans des lieux stratégiques de la capitale.

Ils sont trois, sont jeunes, sortent d’études de graphisme, histoire ou design. Difficile d’en savoir plus sur le trio de geeks à l’origine du collectif RaspouTeam, créé en 2005.

Camouflés sous des capuches sur les vidéos, ils tiennent à garder secrète leur identité et rechignent à parler d’eux. Peur de la brigade anti-graffitis ? Pas vraiment. L’anonymat leur permet avant tout de « mettre en avant leur travail collectif ».

Heureusement, quand il s’agit d’expliquer leur démarche, les langues de ces amateurs de street art se délient. Inspirés par Ernest Pignon Ernest ou encore Banksy, ils ont commencé par le pochoir et le graf, pour ensuite évoluer vers des projets plus denses comme ou aujourd’hui Le Journal illustré de la Commune de Paris.

Ce dernier projet a débarqué dans les points stratégiques de la capitale le 24 février 2011. Depuis, RaspouTeam placarde son travail, jour après jour, au rythme des évènements de la commune de 1871. Quelques exemples :

Proclamation de la Commune, place de la Grève, le 28 mars Destruction de la guillotine, place Voltaire (actuelle place Léon-Blum), le 6 avril Combats dans le quartier de la Guillotière, rue de Lyon, le 19 avril Colonne Vendôme à terre, le 16 mai

« Nous avons voulu faire revivre la Commune de Paris à travers 45 articles illustrés d’interventions urbaines, correspondant à autant d’événements que nous avons choisis pour raconter cette histoire, et douze émissions de radio.

Les interventions sont reliées à l’article correspondant et au contenu audio grâce à des QR codes. »

Ces deniers, des codes barres à deux dimensions, permettent de stocker des informations numériques, comme des textes, des adresses de site Web…

Un téléphone montrant les enrichissements proposés par le collectif (RaspouTeam)

Ils peuvent être créés grâce à des générateurs gratuits sur internet et sont déchiffrables avec un simple téléphone mobile, du moment que celui-ci est équipé d’un appareil photo et du lecteur approprié. Les nouvelles technologies au service de l’Histoire

Avec ce dispositif, RaspouTeam entend relier l’espace urbain au vaste monde d’Internet. Désordres publics, coup d’essai du collectif en la matière, lui avait permis de se faire connaître chez les spécialistes. (Voir la vidéo)

« On a d’abord été très surpris de l’écho qu’a rencontré ce petit projet. Puis la rencontre avec la boite de production Agat films et Cie a été décisive, ça nous a poussé à développer notre travail, à imaginer quelque chose de plus approfondi, et en même temps de plus accessible. »

Dans le journal illustré, RaspouTeam s’est focalisé sur l’épisode révolutionnaire de la Commune de Paris :

« A première vue, ça peut sembler très éloigné de nos vies. Pourtant, les idées de révolution sociale, de démocratie directe, d’internationalisme développées à l’époque, sont très modernes.

On peut aussi faire le rapprochement avec ce qu’il se passe actuellement en Tunisie, en Egypte, en Libye… Si on a choisi ce sujet, c’est d’abord pour son actualité. »

Le réel qui rejoint le fictif, le passé qui se mêle au présent… RaspouTeam casse les codes et repousse les frontières, pour inciter le passant parisien à se pencher plus profondément sur le sujet.

« On aimerait qu’ils s’intéressent à l’histoire de la Commune de Paris. Qu’ils réalisent que la devise républicaine a été un étendard révolutionnaire, pour des Parisiens qui lui donnaient un sens bien plus concret que celui qu’on veut bien lui donner aujourd’hui.

Et pourquoi pas qu’ils fassent le rapprochement avec la situation actuelle… »

La réflexion urbaine ne fait que commencer. Un nouveau projet, prévu pour la rentrée prochaine est en cours de création.


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite