Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Réponse à Philippe Godard (pour le nucléocrate et le catastrophiste)

de : Ogur
vendredi 18 mars 2011 - 08h28 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Réponse à Philippe Godard

Cher¨Philippe,

Je salue ton excellente contribution. Comme tu le proposes en "libre circulation" et que c’est le texte le plus intéressant que j’ai lu sur le sujet, je me suis autorisé à solliciter Bellaciao, e-torpedo et L’en dehors pour une publication. Un camarade souligne qu’il est dans la lignée de "Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable" coécrit par René Riesel et le regretté Jaime Semprun, publiés à L’Encyclopédie des nuisances.

Une remarque si tu le permets : la première partie de ta contribution, trop longue par rapport à l’évidence lumineuse de tes conclusions, déséquilibre en quelque sorte l’ensemble ; je veux dire, qu’en restant longtemps sur ta première partie on se prend à craindre que ne vienne jamais la seconde, c’est-à-dire l’évidence qui embrasse la totalité. D’ailleurs tu n’emploies à aucun moment le mot "totalitarisme". Considères-tu son usage galvaudé ? Pourtant dans le sens que lui prête Orwell, les faits remarquablement exposés dans ta première partie, relèvent bel et bien du totalitarisme. Pour l’humanité toute entière, une catastrophe évènementielle s’ajoute et accroît la catastrophe quotidienne. La proportion humaine des pays les plus riches y "consent", dans la servitude volontaire de l’usager et de l’ouvrier d’une centrale et par une responsabilité nettement plus avérée par la compromission technique des scientifiques et financière des affairistes nucléocrates. De sorte que la responsabilité est diluée autant qu’on se soumet à cette dilution sans ruptures nécessairement collectives avec la totalité de la société des classes.

La nature ne fait pas de distinctions de classes et l’homme capitaliste prétend utiliser ses richesses et atténuer ses méfaits, par la technique, dans la société des classes. Il n’en a pas respecté les contours sacrés, et c’est sa seule oeuvre, la religion scientifique et technique, comme nouveau mythe fondateur du capitalisme, à la mort de Dieu, qui propage le désastre, bien au delà, des conditions de la nature, mais aussi des conditions préalablement imposées par ces excroissances capitalistes que furent le nazisme et le stalinisme. 6 millions était un chiffre réservé aux juifs, puis aux pauvres, la radioactivité ne devrait pas faire de différences entre un occidental copieusement nourri et un sudiste affamé, c’est en cela qu’on passe du capitalisme, si j’ose dire "à papa", à la vraie nature du capitalisme, c’est à dire la destruction de l’humanité, sans considérations de classes, qui est la suite parfaitement logique et technologique de la destruction de l’humanité en chacun : car continuer à "vivre", sans faire oeuvre critique globale, alors qu’un être humain sur dix meurt chaque années, alors que 9000 enfants meurrent de malnutrition chaque jours, qu’il ne s’agit pas de fléaux, de sorte qu’ils ne sont porteurs d’aucune fatalité, mais qu’ils sont bel et bien inclus dans le système, l’abandon de l’ambition socialiste et anarchiste de la société sans classes conduit irrémédiablement à cela . En un mot c’est le régime de la mort, quotidiennement pour tous, qu’on meurre effectivement ou qu’on tolère de "vivre" quand d’autres meurrent alors qu’ils ne le devraient pas. La discipline de la mort va de pair avec discipline de la haine.

Cette inversion du monde induit que nous ayons nécessairement tous intégrés l’esprit totalitaire et qu’il n’y a de possibilités de se racheter que par ruptures radicales. Jan Zabrana consignait dans son journal « Le notice nécrologique de ma génération (sans doute la dernière dans ce cas) pourrait être -peut-être, je n’en sais rien - : Ta foi t’a perdue. Dorénavant ne survivront que ceux qui n’auront aucune foi en rien, ou seront prêts à la renier à tout moment, à la désavouer, la sacrifier, la rejeter »

Dans cette inversion, il y a ce qui, à mon sens, révèle le mieux l’esprit totalitaire et combinard de la plupart des gens, qu’ils appellent le fascisme ou qu’ils le déplorent. Je veux dire que si l’on peut encore se prêter, entre véritables amis, une certaine droiture, elle est effectivement, dans un monde, comme tu le suggères, à l’envers, un trait par lequel on est assez copieusement partout piétiné. Pour tenir ce point de vue, il faut être soi-même ou plutôt droit et avoir déchanté, ou il faut être au contraire parfaitement conscient qu’on floue régulièrement des personnes parce qu’elles sont précisemment droites. " (...) Les gens du peuple sont avares de respect, et quoique disposés à l’accorder gratis aux personnes de qualité, ils n’en ont jamais pour leurs égaux, sans se faire payer". ("Tom Jones" d’Henry Fielding)

Il me semble que la peur et la cupidité par lesquels la droiture est régulièrement flouée ne sont pas les seuls ressorts psychologiques. Le "Il faut bien vivre" égoïstement et sans plus guères de scrupules, cette rage de jouissance, désormais sans mesures de "l’homme du siècle" se couple parfaitement avec "La Fausse parole" telle que la rapporte Armand Robin « Peut-être le processus de mutation de l’espèce humaine en une sorte de chose ayant vitalement besoin de non-parole est-il plus avancé que les esprits les plus vigilants ne le soupçonnent ; peut-être quotidiennement côtoyons-nous déjà toute une catégorie d’objets, gardant provisoirement le nom d’hommes mais n’ayant de commun avec l’humanité que les formes extérieures irréductibles d’un tout petit nombre de comportements élémentaires »

C’est pourquoi l’ignorance et la naïveté des gens, à l’égard du pouvoir, dont on dit qu’elles sont si prononcées, il m’arrive souvent de penser qu’elles sont feintes, la plupart des gens versant dans une bien volontaire négation, préférent au réel le mythe car il y a immédiatement, plus de profits à tirer du mythe puisqu’il gouverne, « d’où, en permanence, chaque jour recommencée, avec un incroyable acharnement, la construction d’un monde purement mythique superposé par tous les moyens au monde réel » ("La Fausse Parole" d’Armand Robin). La logique, le raisonnement logique est perdu. Les faits sont rarement reliés entre eux. Les gens oublient, ils tirent des faits secondaires et s’abstiennent d’évoquer des faits essentiels. Ce qui en ferait des ignorants, des naïfs et des "perdants" du point de vue du sort commun de l’humanité, de sa parole et de sa sensibilité proprement humaines, en fait des pragmatiques, combinards et des "gagnants" pour leurs seuls intérêts, immédiats, circonscrits à des jouissances pratiques et conventionnelles.

Après Tchernobyl on sut que la France fut le seul pays a cacher si outrageusement le fait qu’il y avait des risques sur son propre territoire. Pourquoi ? Parce que la France est le pays le plus nucléarisé d’Europe et qu’elle vend beaucoup de centrales. Les gens ont cru l’Etat, ils ont accrédité le mythe... et quand on parle des cancers de la thyroïde, ça ne paraît pas soulever beaucoup de colères. Au Japon on dit que c’est un périmètre de 20km autour de la centrale qui est dangereux, les médias le relayent hypocritement et c’est encore un public hébété. Après les attentats du 11/09, un bureaucrate d’EDF prétendait, par voie de presse, qu’il y a, pour les centrales, un risque zéro contre tous types d’attaques terroristes. Nous ne fûmes pas nombreux à relever ce mensonge et moins encore à affirmer l’alliance objective de l’Etat et du terrorisme. Dans ma jeunesse, dans les années 80, les militants écologistes passaient pour ringards et quand, aujourd’hui, je rapporte ces mots des argousins à un militant anti-nucléaire, dont le camion ( par bombe) venait d’exploser, "tu t’es fait trop remarquer", la plupart des gens ne paraissent pas vouloir comprendre tout ce qu’implique un tel fait ou plutôt ce qu’il confirme. Notamment que les associations, les syndicats, les partis ont beau se multiplier et réclamer, pacifiquement, des réformes toujours dilatoires, par d’implorants slogans qui ne témoignent d’aucune détermination ("nous voulons pouvoir choisir"), le catastrophisme, l’administration du désastre et la soumission durable se prolongent et surenchérissent, laissant, dans l’impuissance cumulée du réformisme, des forces d’opposition de plus en plus désertées et divisées. Ceux qui sont gagnés par la lassitude à mesure de l’intensification de la menace dans leurs propres existences, se trouvent naturellement opposés aux professionnels de l’opposition confortés dans leur rôle de représentants de l’illusoire pluralité. Dans "La planète malade" Guy Debord entrevoyait "les choix terribles du futur proche laissent à cette seule alternative : démocratie totale ou bureaucratie totale". "La révolution ou la mort, ce slogan disait Debord n’est plus l’expression lyrique de la conscience révoltée, c’est le dernier mot de la pensée scientifique de notre siècle".

Je les invitais à en parler, ils ne le faisaient pas.... Or sans paroles libérées, je ne vois pas de possibilités que les gens puissent sortir de cette spirale de naÏveté, d’ignorance, de négation, entretenus par la propagande et son mythe, dans l’accablement des peurs et le soulagement de la cupidité. Ils ont accès à la télévision grand format à écran plat et à toutes sortes de pacotilles marchandes et c’est bien ce qui semble le plus compter. Orwell qui consacra toute une vie à la défense du prolétariat et à l’espoir que demeure, contre le totalitarisme, la décence ordinaire des petites gens, confiait, avant sa mort, ses craintes qu’un poste de télévision puisse avoir plus de valeur que le sort des peuples du sud, pour ces gens ordinaires. Dans un tel monde l’information tient lieu de propagande pour la Cité, tandis que la publicité devient information qui importe au quotidien de l’homme occidental à mesure que le prix et les caractéristiques de tel produit sont plus décisifs à changer sa vie que le sort des mutilés de guerre et de la famine dans telles contrées lointaines.

Or, en un mot, cher Philippe, la proportion "humaine" qui est la plus directement coupable des catastrophes événementielles, s’impose, sans oppositions véritables (en tous les cas impuissante), puisqu’ils imposent la fausse parole du mythe technicien et scientifique, qui devient le mythe politique de la démocratie par le spectacle, pour toutes réponses au désastre quotidien et événementiel du mythe technicien et scientifique, propagé par le spectacle.

Dans l’inversion du monde, la dernière chose qu’il nous faut, ce sont ces pompiers pyromanes, actionnaires majeurs de l’industrie du Feu, qui pissent sur un brasier international, devant des caméras, pour faire croire qu’ils veulent éteindre l’incendie ; je veux dire qu’avec leur psychologie entièrement vouée et totalement habitée par le totalitarisme, il est indispensable d’écarter de tels hommes. Orwell dont il est fallacieux, sinon malhonnête de réduire l’œuvre aux dimensions d’une machine de guerre anti-communiste ne prédisait rien moins que l’avènement d’un Homme nouveau dans le contexte « terrifiant des dictatures modernes ». « Rien ne garantit disait-il que cette « nature humaine » soit un facteur constant. Il se pourrait fort bien qu’on arrive à produire une nouvelle race d’hommes, dénuée de toute aspiration à la liberté, tout comme on pourrait créer une race de vaches sans cornes ».

régis duffour


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Réponse à Philippe Godard (pour le nucléocrate et le catastrophiste)
18 mars 2011 - 15h05

Révélations - Nucléaire :
EDF aurait falsifié des données sismiques pour économiser sur la sûreté
http://www.agoravox.fr/actualites/e...

17 mars 2011

Les données semblent accablantes pour 32 des 58 réacteurs français.
L’Observatoire du nucléaire révèle un véritable scandale : en 2003 (la situation est restée la même depuis), EDF aurait falsifié des données sismiques afin de s’éviter des travaux onéreux… et pourtant indispensables pour la sûreté des centrales nucléaires.
Par un courrier du 17 juin 2003, diffusé aujourd’hui par l’Observatoire du nucléaire, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) aurait couvert EDF en lui donnant raison contre l’avis des experts de l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), tenus au silence.
Les données semblent accablantes et concernent 32 des 58 réacteurs français.
 Chinon (Indre et Loire) : EDF aurait baissé d’office la valeur de l’intensité des séismes de référence. Il s’agirait là d’une falsification aussi incroyable que grossière.
 Belleville (Cher) : EDF se serait autorisée à prendre comme référence un séisme datant de 1079 pour lequel il existe très peu de données, écartant le séisme de référence (de 1933) qui impliquait des mesures plus contraignantes.
 Blayais (Gironde) : les chiffres d’EDF seraient trois fois moins contraignants que ceux de l’IRSN. Or André-Claude Lacoste, directeur de l’Autorité de sûreté nucléaire donne raisons à EDF sans se justifier. Idem pour Saint-Laurent des Eaux (Loir-et-Cher)
 Plus généralement, EDF aurait redéfini à sa manière les zones sismiques afin de ne pas avoir à tenir compte de certains séismes.
 Les centrales de Dampierre (Loiret), Bugey (Ain), Fessenheim (Haut-Rhin), Civaux (Vienne), Saint-Alban (Isère), Golfech (Tarn-et-Garonne), Nogent (Aube) et Chooz (Ardennes) également mises en cause.
Ironie de l’Histoire, au moment où cette affaire a été étouffée par l’Autorité de sûreté française (en 2003), 15 réacteurs nucléaires japonais étaient fermés administrativement suite à la falsification par l’électricien TEPCO (propriétaire des réacteurs actuellement en perdition à Fukushima) de documents concernant la sûreté.

Documents et preuves :

Synthèse - Lettre ASN - Divergences EDF/IRSN - Figure EDF confidentielle
Comment EDF a imposé ses vues à l’Autorité de sûreté : ICI
par Stéphane Lhomme , Président de l’Observatoire du nucléaire



Réponse à Philippe Godard (pour le nucléocrate et le catastrophiste)
22 mars 2011 - 13h40 - Posté par

Je relaye le message que me fait passer mon camarade Patrick Quillateau. Vous y verrez, ce qui est toujours à l’oeuvre, les représentants de la puissance de l’argent compromis avec la théorie du risque, qui n’est plus à ce jour une "théorie", mais bel et bien un holocauste. La théorie du risque a été élaborée, en France, par François Ewald, pour le compte du MEDEF, et sur ces bases Chirac puis Sarkozy ont fait campagne et remporté l’élection, entraînant, dans le sillage du G20, la totalité de la société française dans cette nouvelle idéologie. La théorie du risque dans sa pratique, se distingue du nazisme, parce qu’elle ne distingue pas les juifs des Gentils, mais elle est pratiquement d’une nuisance criminelle qui dépasse l’efficacité nazie. Le wahfen SS est avantageusement remplacé par la très rassurante bourgeoisie conventionnelle du CEA et de la Société Française d’Energie nucléaire. Pour en arriver à telles extrêmités, c’est à dire au triomphe de la suffisance technique et scientifique au seul profit de la société marchande, sa bienséance, son arrogance, son assurance, n’ont pu avoir pour sous bassements psychologiques qu’un profond mépris du vivant, qui dans les temps de crise, en persistant, sans jamais se dénier, avère sur des cadavres, sa haine profonde du vivant. Tout devient à présent plus clair. L’un des fleurons de l’expression nazie était niemand gleich (plus personne). Plus personne, c’est pratiquement ce qu’est en train de réussir le monde du G20. Selon certains historiens, « Nacht und Nebel » serait une interprétation surajoutée (éventuellement par les nazis eux-mêmes) à l’abréviation NN de Nomen Nescio (latin signifiant « je ne connais pas le nom »), utilisée en allemand (et en néerlandais) pour désigner une personne qu’on ne veut pas ou ne peut pas nommer.

Le message de Patrick :
Voici la vidéo de l’émission "C dans l’Air" (France 5) du 20 juillet 2007, juste après le séisme du 16 juillet 2007 qui avait frappé le Japon et endommagé la centrale nucléaire de Kashiwasaki.
Une vidéo édifiante : la catastrophe nucléaire japonaise annoncée à l’avance. Nos experts pro - nucléaires étaient pourtant très rassurants, formidables … mais quand on voit ce qui se passe actuellement et ce qu’on nous dévoilera dans quelques temps… on en rigolerait si ce n’était pas si triste.

http://www.lepost.fr/article/2011/0...

Pas la peine de tout regarder, quelques minutes donnent le ton !






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite