Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Lettre ouverte au prochain ministre des Affaires étrangères

de : Jean-Claude Lefort
dimanche 27 février 2011 - 18h32 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires

La chose est désormais entendue. Madame Michèle Alliot-Marie va quitter le Quai d’Orsay, et celles et ceux qui ont la France et son honneur fichés au fond de leur esprit et de leur cœur ne peuvent pas s’en plaindre.

Il était temps… Grand temps.

Qu’on se comprenne bien : plus que des voyages plus ou moins décents, c’est du fond qu’il est question. Car c’est un fait : son aveuglement politique a été total. En particulier concernant le Proche et Moyen-Orient. Certes, la politique étrangère relève du « domaine réservé » du président de la République, et l’Elysée est donc à la manœuvre. Ce rôle revient en particulier au conseiller diplomatique du président, Jean-David Levitte, et au secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant.

Tous deux accumulent des erreurs de jugement qui nuisent à la France, mais ils restent en place. Ces « néoconservateurs », qui ont plusieurs trains de retard sur l’évolution du monde et un désintérêt pour la place de la France dans le monde, en particulier au Moyen-Orient, devraient, et sur le champ, être également « remerciés ». Mais les atteindre c’est atteindre le Président. Et, quand on est président, on préfère faire sauter un fusible que de mettre en danger le système.

Reste que Michèle Alliot-Marie, grâce à eux, va tomber non sur des péripéties secondaires, mais sur le fond du dossier du Moyen, et surtout, du Proche-Orient. C’est pourquoi son successeur devrait s’en souvenir. Pour lui, accessoirement, mais surtout pour la France.

Madame Alliot-Marie n’a rien vu venir des « révolutions arabes ». Certes, elles étaient imprévisibles. Mais on ne saurait en dire autant du conflit israélo-palestinien, qui est à l’origine, depuis plus de soixante ans, des humiliations du monde arabe.

Or qu’a-t-elle fait sur ce dossier ?

A peine se rendit-elle sur place qu’elle commit maladresses sur maladresses. Jusqu’à ce que des Palestiniens lui brandissent des chaussures sous le nez, acte de mépris suprême. Jacques Chirac, lui dont elle se réclama quelque temps, affronta, lui, la police israélienne dans les rues de la vieille ville de Jérusalem pour défendre le droit et l’honneur de la France.

Et quelles décisions a-t-elle prises à propos de ce conflit nodal, central ?

Comme ministre de la Justice et Garde des Sceaux, elle a détourné la loi du 29 juillet 1881 pour traîner devant les tribunaux des militants pacifistes en les qualifiant de « racistes » parce qu’ils disent « non » à la politique israélienne. Pour ce faire, elle n’a pas hésité à se renier : elle qui, ministre de l’Intérieur, répondait en mai 2009 au député Eric Raoult ne voir pas trace, en France, de « boycott des produits casher », affirmait le contraire, sans la moindre preuve en février 2010 devant le dîner du CRIF d’Aquitaine…

Parvenue au Quai d’Orsay, elle a poursuivi sa mission d’« amie d’Israël » en ne faisant pas la moindre déclaration, pas le moindre geste pour obtenir du gouvernement Netanyahou qu’il cesse de saboter toute négociation et en particulier gèle toute activité de colonisation. Inutile de dire qu’une initiative, même symbolique, aurait quelque peu restauré l’image de notre pays entachée dans cette région du monde par la rupture de Nicolas Sarkozy avec la politique initiée par le général De Gaulle.

A l’heure où le Quai d’Orsay se prépare à accueillir un autre locataire, il n’est pas inutile, non de fixer à ce dernier une « feuille de route » – nous n’avons pas, nous, cette outrecuidance –, mais de lui suggérer avec insistance trois actes majeurs qui ne peuvent plus attendre.

Tout d’abord, il convient d’en finir une fois pour toutes avec la conception selon laquelle l’amitié avec Israël passerait par un accord inconditionnel avec sa politique, quelle qu’elle soit. Faut-il, par exemple, militer pour l’impunité des dirigeants de cet Etat lorsqu’ils sont accusés de « crimes de guerre, contre l’humanité » par le rapport Goldstone, approuvé lui-même par l’Assemblée générale de l’organisation ?

Faut-il, alors qu’on déclenche une crise diplomatique avec le Mexique à propos d’une compatriote en prison pour des raisons de droit commun, ne pas lever le petit doigt pour libérer Salah Hamouri, ce jeune Franco-palestinien qui pourrit dans une prison israélienne pour des raisons uniquement politiques ?

Ce tropisme pro-israélien devient de la complaisance pour toutes les atteintes au droit et aux droits auxquels se livre cet Etat. Il faut y mettre un terme.

En second lieu, il faut en finir avec cette absurdité qui consiste à dire, comme l’a fait Michèle Alliot-Marie : « On reconnaîtra l’Etat palestinien une fois les négociations terminées entre les deux parties. » Mais nul n’ignore que laisser Israéliens et Palestiniens face à face ne peut que conduire à une impasse totale. Il faut au contraire agir, c’est notre devoir et notre responsabilité. Aux antipodes de l’attentisme, la France doit inaugurer enfin un « cercle vertueux » en reconnaissant sans délai l’Etat palestinien dans ses frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Car – et c’est le troisième acte qui s’impose –, si notre diplomatie est sincère dans l’espoir proclamé qu’un Etat palestinien voie le jour en en 2011, il faut qu’elle adopte une toute autre démarche au sein de l’Union européenne. La France, parce que c’est la France, peut constituer la force motrice au sein des Vingt-Sept pour les amener à reconnaître, eux aussi, l’Etat de Palestine afin que celui-ci devienne dès cette année un membre à part entière des Nations unies. Barak Obama lui-même s’y est engagé, mais le veto américain opposé par Washington à une résolution récente condamnant – comme les Etats-Unis – la colonisation le confirme : la Maison Blanche ne tiendra ses engagements que si ses alliés l’exigent haut et fort.

Dans son dernier communiqué, le Conseil des ministres européens des Affaires étrangères déclarait que l’Europe reconnaîtrait l’Etat de Palestine « le moment venu ». Si l’Europe ne bouge pas, le temps ne viendra jamais.

Monsieur ou Madame le prochain ministre des Affaires étrangères de la France : le moment est venu de reconnaître l’Etat de Palestine et de l’accueillir au sein de l’ONU.

Plus généralement, « le moment est venu » d’une toute autre politique qui tende la main aux révolutions arabes, aux Palestiniens qui bougent eux aussi et exigent l’unité entre Fatah et Hamas, aux pacifistes mobilisés pour la défense de leurs libertés – une politique qui fasse du droit un principe et de l’action un devoir, une politique qui soit de justice et de non-arrogance envers ces peuples amis.

Jean-Claude Lefort Président de l’AFPS Député honoraire


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Lettre ouverte au prochain ministre des Affaires étrangères
27 février 2011 - 18h55

C’est pas avec le remplaçant (clone) de MAM que tu vas l’avoir ton "... autre politique qui tendent la main aux révolutions arabes...". Les Grecs dans la rue ils font une "autre politique" SANS clone de MAM que je sache... et les Tunisiens j’en parle même pas.



Lettre ouverte au prochain ministre des Affaires étrangères
27 février 2011 - 18h59

Et le retour dans l’OTAN, c’est sans effet sur la politique étrangère de la France ? Curieux qu’un ex député PCF ne relève pas cet aspect !



Lettre ouverte au prochain ministre des Affaires étrangères
27 février 2011 - 19h10 - Posté par

Je ne discute pas sur le fond (je suis d’accord) MAIS.
La France n’avait pas "quitté" l’OTAN (L’OTAN est un traité dont la France était signaitaire dès l’origine et qui n’a jamais été rompu au sens strict). Elle en avait quitté le "commandement intégré" et le "comité militaire". Mitterrand (toujours lui) a contribué à rouvrir les portes, avec la Bosnie. 1996 la France de Chirac le "gaulliste" de pacotille, réintègre le comité militaire de l’OTAN. On connait la "fin" : la France réintègre le commandement de l’OTAN.

2 ou 3 choses intéressantes ici.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Organi...

LL


Lettre ouverte au prochain ministre des Affaires étrangères
28 février 2011 - 08h48 - Posté par

Si le retour dans le commandement de l’OTAN n’est qu’un détail, pourquoi donc le retrait français d’Afghanistan nécessite le feu vert des US ?


Lettre ouverte au prochain ministre des Affaires étrangères
28 février 2011 - 10h44

Monsieur Lefort, si je salue votre engagement de longue date pour la cause palestinienne, je pense quand même que votre article manque de perspicacité. D’une part, il ma paraît (malgré ce que vous écrivez) s’ingérer dans la politique interne palestinienne, et d’autre part il me semble ne pas bien tenir compte des réalités de terrain et des profonds changements qu’a connu la Palestine ces dernières années.

En effet, préconiser la reconnaissance de l’Etat palestinien, c’est déjà une forme d’ingérence dans la mesure où : de quel Etat parlez-vous et dans quelles frontières ? Si vous me répondez comme beaucoup de militants "dans les frontières de ’67" c’est entériner une situation de faits qui ampute la Palestine d’une sérieuse part de son territoire ; et si vous me répondez dans les frontières de ’47 c’est entériner une décision prise par les Etats dominants de l’époque qui se sont débarrassés de leur responsabilité vis à vis du génocide des juifs sur le continent européen, tout en ne demandant pas l’avis des premiers concernés lors de ce partage de leurs terres... Dans les deux cas de figures, vous avalisez ainsi une profonde injustice opérée sur le dos de la population spoliée. Sans compter que depuis ces dernières années, une réelle séparation selon ces schémas (’47 ou ’67) est devenue tout bonnement impossible, faisant de ce qui reste de la Cisjordanie, un archipel d’îlots gangrénés par les métastases de cette abjecte colonisation.

Je pense que quand nous nous engageons à défendre la cause palestinienne, il faut avoir le courage de pousser sa propre réflexion un peu plus loin que beaucoup ne le font, reprendre le problème à sa source et démonter le mécanisme qui a vu ce partage inique se faire aux dépens des populations directement concernées, et qui le paient chaque jour davantage. Une vraie justice dans ce dossier exige de se réunir autour de la table pour remettre à plat les éléments et invalider les décisions erronées et injustes du passé. Reconnaître aux Palestiniens le droit à leur patrie, c’est réhabiliter la Palestine historique tout en s’assurant que les juifs comme les autres communautés y auront leur place, comme c’était le cas dans le passé, et comme ce l’est dans n’importe quel autre pays fondé sur le principe démocratique de la laïcité, séparant clairement les affaires de l’état de celles du privé.

B à v,

Daniel Vanhove -
Observateur civil
Auteur







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite