Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Analyses sur le mouvement des retraites, perspectives, critiques, syndicats.

de : Monde Diplomatique
jeudi 2 décembre 2010 - 10h29 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires

Une (encore) très bonne livraison du Monde Diplomatique de décembre 2010 avec (notamment) deux excellents articles sur les syndicats et le mouvement des retraites par François Ruffin et l’autre par Eric Dupin. Pour se mettre en bouche,ci-après, un article inédit d’Eric Dupin paru sur le site Web du Diplo (qui a bien compris comment faire fonctionner en synergie le Web et le papier...)

Bref, 4.90 euros, oui, mais qui seront bien dépensés (si vous pouvez) et qui aident à soutenir un journal dont on serait ennuyés d’avoir à se passer ... Sinon, empruntez le à la bibliothèque municipale.

LL


THEME : Où vont les syndicats ?

Nouvelles structures syndicales pour nouveaux salariés

« Ce n’est pas aux salariés de s’adapter à la CGT, mais à la CGT de s’adapter aux salariés ! » M. Mohammed Oussedik, secrétaire confédéral depuis le congrès de Nantes, est convaincu que la Confédération générale du travail doit faire évoluer ses structures pour mieux représenter le salariat d’aujourd’hui (lire « Où vont les syndicats ? », Le Monde diplomatique, décembre 2010). « On est présent dans toutes les entreprises de plus de trois cents salariés, mais quasiment absent dans celles qui en comptent moins de cinquante, alors qu’elles représentent plus de la moitié du secteur », regrette le secrétaire général de la Fédération Verre-Céramique (1).

Pour y remédier, la CGT a mis en place de nouvelles structures qui dépassent le périmètre des entreprises. « On a créé des syndicats professionnels de territoires, comme dans la région de Cognac, qui regroupe environ trente-cinq adhérents dans le secteur des flacons », précise M. Oussedik. Ces regroupements permettent de mieux faire appliquer les conventions collectives. Il cite également le cas d’un « syndicat de site », rassemblant une petite trentaine de salariés, à Draguignan (Var), dans le domaine des carreaux. Juridiquement, celui-ci est basé à l’Union locale (UL) CGT, les syndicats de site n’ayant pas d’existence juridique reconnue.

C’est un vrai problème. « Nous manquons de moyens, nous n’avons pas de local dans le centre commercial », déplore Mme Marie-Hélène Thomet, responsable du syndicat de site Part-Dieu à Lyon (Rhône), créé en février 2008. Dans ce vaste centre commercial, la CGT disposait d’implantations dans ses plus grosses entreprises, comme la Fnac, Carrefour et les Galeries Lafayette. Le syndicat de site lui permet d’intervenir dans de plus petites enseignes : « En dix-huit mois d’existence, nous avons un peu plus que doublé le nombre de nos adhérents, pour arriver à une quarantaine. » Les salariés du centre subissent des conditions d’exploitation très proches : « Les écarts de revenus sont faibles, et tous les salariés du centre souffrent de la même pénibilité avec la chaleur, le bruit ou le travail le dimanche. » La difficulté est toutefois de trouver un interlocuteur : « On voudrait créer un Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), mais le directeur du Groupement d’intérêt économique, qui rassemble les entreprises du site, refuse de prendre contact avec nous ! »

Les syndicalistes sont de plus en plus confrontés au problème de l’engagement des salariés appartenant à des entreprises sous-traitantes. M. François Debrand témoigne de l’expérience du syndicat des cheminots de Lyon-Guillotière, qui s’est ouvert aux salariés extérieurs à la SNCF, comme ceux du nettoyage. « Leurs patrons refusaient de me parler. On a rencontré de grandes difficultés juridiques, mais c’est une de mes meilleures expériences syndicales », confie-t-il. « Avec le développement de la sous-traitance, on ne peut plus prétendre défendre les intérêts de salariés en se limitant à l’entreprise. C’est en élargissant la lutte qu’on protège finalement le mieux les salariés des entreprises donneuses d’ordre », estime M. Oussedik.

L’Isère est un autre lieu d’expérimentation privilégié. « On essaie d’établir de nouvelles solidarités et pas seulement des solidarités de métier, rapporte M. Patrick Varela, secrétaire général de l’Union départementale jusqu’en juin 2010. On avait dix-neuf UL, on les a regroupées en six territoires à partir de quelques objectifs clef. » Un pôle Nouvelles technologies autour du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et de Schneider a ainsi été créé. Il s’occupe aussi bien des lieux de restauration collective que du statut des salariés sous-traitants. Dans le nord du département, c’est sur une importante plate-forme logistique que la mutualisation des moyens syndicaux s’est révélée payante. « Dans ce qui était un désert syndical, on est passé de zéro à deux cents adhérents en dix ans », se félicite M.Varela.

M. Paul Fourier, secrétaire général de la CGT Transports, est également conscient de la nécessité de faire bouger les structures. Une Union interfédérale transports coordonne déjà plusieurs fédérations professionnelles, celles des Transports, des Cheminots, de la Marine Marchande et de l’Equipement. Steward basé à Roissy, M. Fourier évoque avec prudence la possibilité de créer un syndicat de site sur le grand aéroport francilien. « Ici, nous syndiquons à la fois un pilote à 10 000 euros mensuels et une femme de ménage payée en dessous du SMIC. C’est vrai qu’il y a de plus en plus de métiers qui sont sortis du périmètre d’Air France [pour être sous-traités] comme le ménage, l’entretien des pistes, le ravitaillement en carburant ou les autocars de transports. Il n’est pas exclu qu’on aille vers un syndicat de site, mais c’est compliqué, avec ou sans Air France... »

Les syndicats de sites ne sont certainement pas la panacée, et pas seulement en raison de leur absence de statut juridique. Comment défendre ensemble des salariés qui ne dépendent pas du même employeur ? De nouvelles structures locales, mieux adaptées à la géographie du salariat d’aujourd’hui, permettraient pourtant de mutualiser les moyens syndicaux et de faciliter l’implantation dans les petites entreprises. Mais ces évolutions ne peuvent être commandées du sommet. « La direction confédérale n’a pas la capacité d’imposer ces réformes, elle ne peut contraindre la moindre organisation », souligne M. Jean-Christophe Le Duigou, ancien membre du bureau confédéral devenu conseiller de M. Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT.

Eric Dupin.

Journaliste.

(1) Les interviews ont été réalisées pendant le congrès CGT de Nantes, en décembre 2009.

http://www.monde-diplomatique.fr/20...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Analyses sur le mouvement des retraites, perspectives, critiques, syndicats.
2 décembre 2010 - 12h34

C’est hallucinant cet article ! C’ets pétri de contradictions du début à la fin !

Je ne mets pas en cause le journaliste (qui me semble quand même un peu "léger" sur le sujet même de bonnes intentions...) que certains dirigeants conf intérrogés.

On nous parle de créer des structures qui ne sont pas légalement reconnues pour se battre ? Putain autant se tirer une balle dans le pied !!!!

C’est quand même tordant, si on veut, cet article ; y’en a un qui nous explique que les syndicats de site c’est super-bien (euh oui, pourquoi ?) mais que ça n’a pas d’existence légale (c’est vrai !) et donc, trois paragraphes plus loin, l’autre qui chouine en disant que les patrons sont méchants parce qu’ils ne veulent pas reconnaître d’existence d’un truc qui n’en a pas ?

Mais on marche sur la tête complètement à Montreuil ou on fume la moquette tous les jours ???
Et les UL alors, c’est fait pour les chiens ? Et les US ?
Non mais je vous jure c’est grave quand même...



Analyses sur le mouvement des retraites, perspectives, critiques, syndicats.
2 décembre 2010 - 18h28 - Posté par Alain Chancogne

C’ets pétri de contradictions du début à la fin

 !
C’est la situation qui est pleine de contradictions, plus que l’article qui a le mérite de porter en débat de vrais questions. ;
la CGt , avec plein de problèmes certes, oui ou non a t elle été l’Orga qui a été vécue comme la seule en capacité d’avoir permis la mobilisation récente .,
L’outil est il à détruire ou à fortifier, en s’en emparant réellement, de bas en haut ?

Oui ou non fait il plus de syndiqués, plus de bases de luttes ?

On connait mes critiques très violentes parfois sur ma confédération, mon propos n’est pas de sauter en l’air en craint" t "Gloire à thibault-vive laCGT" histoire de couvrir la voix des p’tits cons qui scandent "syndicats tous pourris- CGt kollabo"

Ne nous racontons pas d’histoire ici.

Oui ou non le vieillissemnt des cadres militants, la baisse d’adhérents -dans certaines boites est il une réalité ?

Je prends une entreprise comme Dassault Merignac qui a été un bastion, un e "forteresse ouvrière" ou la CGT "cartonnait-et la section d’entreprise du PCF comptait près de 300 adhérents , plus d’un salarié sur 10 !!- Je la regarde aujourd’hui en situation gravissime (préretraite demilitants, pertes d’influence du courant révolutionnaire etc )..

Pas loin une zone industrielles avec des PMe , des boutiques., la précarité des femmes et des jeunes..

On peut se raconter" UL" ..(quand elles existent et surtout.. vivent) - syndicats d’entreprise- (quand ils ne sont pas que sur les livres de l’UD) - on peut croire que tous les ans une descente de militants sur ces déserts de syndicalisation , y compris à la porte des taules ((t’as qu’à croire avec les horaires variables !) ;..que l’existant permettra
d’ EXISTER .., on peut certes se le répéter à quelques uns, méthode Coué de la virtualité en débat !!

On n’aura pas avancé.

Je ne sais pas si ce qui est contenu dans ce papier c’est " tout-bon" .

Je n’ai pas ton expérience actuelle, certainement..

Mais je ne vis pas dans une bulle..

Cet article aide à se poser des questions.

C’est donc en total désaccord avec toi que je dis : A lire, à débattre, et donc merci au Monde Diplo.

Grâce à cet Eric... on a DUPIN..sur la planche..

( pardon..fallait s’y attendre avec ma connerie)

AC


Analyses sur le mouvement des retraites, perspectives, critiques, syndicats.
2 décembre 2010 - 21h46 - Posté par

En effet cet article avec un oeil exterieur à la CGT, refléte la réalité du terrain.

Sans compter sur les pages du mensuel qui démontrent avec une bonne analyse le déroulement du mouvement des retraites par les confédérations.

A lire et recommander, ce numéro de décembre.

Après coup, la préparation du 7 septembre et le manque de réactivité des le lendemain, avec une manif 15 jours après, quand on y a participé ça fait bizarre sur le coup, mais cette analyse, est largement inspiré de la réalité.

On peut penser ce que l’on veut, de ce mouvement, le rapport de force dans les boites on ou est présent, peut se faire, mais la grève par procuration, sincèrement qui y croit ?

Salutations aux camarades qui mouillent le maillot, et surtout qui ne confondent pas vitesse et endurance.

La CGT à 3 000 000 de syndiqués, c’étaient quand déjà ?


Analyses sur le mouvement des retraites, perspectives, critiques, syndicats.
3 décembre 2010 - 09h51 - Posté par

oui la situation est pleines de contradictions mais c’est un peu facile de tout mettre sous le tapis en se réfugiant derrière ça car on en a assez, justement des contraditctions pour que des décisions verticales de haut en bas contrairement à ce que dit le duigout, ne viennent pas nous foutre encore plus dans la merde.

je crois que tu n’as pas la bonen vision du sujet de la structure "syndicat de site" telle que la conf la veut c’est idiot et ça ne marcheraz pas par contree ça va casser des choses qui marchent (et plutôt que de casser pour rien quand ça marche mal faudrait essayer d’abord pourquoi l’existant ne marche plus !!!!!! et le manque de moyens financiers n’y est pas pour rien non plus)


Analyses sur le mouvement des retraites, perspectives, critiques, syndicats.
3 décembre 2010 - 09h48 - Posté par

Je suis d’accord. On a là une nouvelle stratégie de "loose" de la part de la Conf. Surtout que juridiquement en effet la problématique du syndicat de site est très loin d’e^tre epuisé.

Il faudrait quand même savoir de quoi on parle quand on parle de "syndicats de site" et ne pas mélanger les torchons et les serviettes. Par exemple l’usm de saint nazaire et le centre commercial velizy 2 - on est vraiment dans des situations comparables là ?

Et puis pardon mais on passe beaucoup de questions sous silence en essaynt de faire croire que "le syndicat de site " c’est la nouvelle panacée qui va régler tous nos problèmes, surtout pour les sous traitants qui par définition n’ont pas vocation à rester toujours sur le même lieu de travail notamment la sécurité, le nettoyage... ils adhèrent à un syndicat de site disons la centrale de cruas ou la tentative (ratée) du centre commercial du polygone à montpellier et au bout de 6 mois, comme ça arrive souvent, et comme leur CCN l’autorise, on les envoie ailleurs. Et hop donc, plus de liens syndical avec la PROFESSION puisqu’ils étaient en lien exclusivement territorial et encore, faut il dire plutôt hyper-local (car ce n’est même pas l’UL), avec le syndicat "de site" qui est une sorte de mauvaise resucée de feu le syndicat "d’entreprise" (qui ne marche plus dit on mais pourquoi ?).

Venir me chanter que le syndicat de site c’est LA solution-miracle à tous nos problèmes moi ça ne me va pas car je sais que objectivement c’es tFAUx même quand cela peut parfois être utile et avoir une réelle justification économique (la situation très spéciale de l’USM cgt saint nazaire des chantiers AKER par exemple est à mon avis hyper spécifique et ne peut pas être transposée à toutes les situations).

La généralisation du syndicat "de site", des délégués de site, surtout dans les centres commerciaux ou pour soi disant intégrer une sous traitance par nature mobile et précaire sur le site, en l’état actuel des choses ça me semble un peu exagéré, ça demande plus que des débats et ce qui est grave c’est que ces débats dans la §CGt nous ne les avons pas ; toute cette partie a été escamotée par des querelles à la con au 49ème congrès, on a évité les "os durs" c’est très domage.






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite