Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

L’appel de Stéphane Lhomme sur la plainte du REZO classée sans suite par la justice.

de : Stéphane Lhomme
mercredi 1er décembre 2010 - 21h00 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Madame, Monsieur,

Comme vous le savez certainement, j’ai été évincé du Réseau Sortir du nucléaire sur la base d’accusations aussi insensées que gravissimes ("piratage du système informatique", "faux et usage de faux", etc). Pour "justifier" mon licenciement, les putschistes - vous m’excuserez mais je ne vois pas de meilleur terme pour désigner le directeur et les administrateurs installés illégalement en février 2010 - ont appuyé ces accusations par une plainte en justice contre moi et contre les 7 administrateurs qui s’étaient opposés au coup de force.

Il y a quelques jours, le 4 novembre, les putschistes ont diffusé une lettre de leur avocat qui annonce que le procureur a classé "sans suite" la plainte en justice. Mais ils ont aussi décidé, par un vote insensé, de garder secrète la lettre du procureur, tout en prétendant que ce classement sans suite a été obtenu suite au "retrait de plainte" annoncé par les putschistes eux-mêmes juste avant l’AG de juin 2010.

Or, il n’en est rien : s’il a classé cette plainte "sans suite", c’est parce que le procureur a constaté que les accusations portées contre moi étaient (bien évidement) nulles et non avenues. D’ailleurs, comme nous l’avons déjà expliqué, un "retrait de plainte" est inopérant, c’est le procureur lui-même qui décide ou non de poursuivre les investigations. Et, justement, les investigations ont été menées puisque j’ai été entendu à plusieurs reprises par les gendarmes, mandatés par le procureur.

Et c’est bien à la suite de ces investigations que le procureur a décidé de classer la plainte sans suite, constatant que les faits qui m’étaient reprochés ne reposaient que sur les affirmations (autant dire les mensonges) du directeur.

La lettre du procureur est absolument fondamentale car elle met à bas la "justification" de mon licenciement. Et elle confirme de fait que c’est bien une cabale qui a été montée contre moi pour m’éliminer. C’est bien pour cela que les putschistes tentent de la garder secrète.

Ce n’est pas seulement la lettre de l’avocat des putschistes que nous avons le droit de voir, mais bien celle du procureur. Certes, je peux m’adresser au Parquet de Lyon pour essayer d’obtenir copie de cette lettre, mais cela risque de prendre des mois et, curiosité administrative, je n’ai pas du tout la garantie d’obtenir satisfaction... puisque je ne serai pas poursuivi !

Les putschistes prétendent agir pour la "transparence" dans l’industrie nucléaire, il faudrait déjà qu’ils la mettent en oeuvre... dans le Réseau : ils doivent diffuser la copie de la lettre du procureur. J’appelle donc les groupes, adhérents, sympathisants du Réseau Sortir du nucléaire à dénoncer la décision inouïe du directeur et du CA de garder secrète la lettre du procureur, et à exiger d’eux la publication de cette lettre.

Pour cela, je vous remercie d’avance de vous adresser en ce sens aux administrateurs titulaires et au directeur :

jacky.berthome@sortirdunucleaire.fr , iseline.moret@sortirdunucleaire.fr , andre.lariviere@sortirdunucleaire.fr , cedric.lucas@sortirdunucleaire.fr , jean-pierre.minne@sortirdunucleaire.fr , steven.mitchell@sortirdunucleaire.fr , daniel.roussee@sortirdunucleaire.fr , nadine.schneider@sortirdunucleaire.fr , michel.lablanquie@sortirdunucleaire.fr , philippe.brousse@sortirdunucleaire.fr

Merci de votre aide pour faire gagner la transparence et la vérité.

Stéphane Lhomme


"Encore cette histoire de crise du Réseau ?"

Certains voudraient qu’il ne soit plus question de la crise du Réseau, qui dure il est vrai depuis un an déjà. Comme par hasard, les putschistes sont les premiers à prétendre qu’il faut "tourner la page" et s’occuper seulement d’agir contre le nucléaire (oubliant subitement qu’ils n’ont pas hésité, eux, à passer beaucoup de temps et à dépenser beaucoup d’argent militant pour préparer leur putsch, pour lancer des attaques en justice, etc).

Mais le temps passé ne change rien à l’affaire : des militants antinucléaires irréprochables (les 7 administrateurs et moi-même) ont été victimes d’une odieuse cabale et éliminés sans ménagement sur la base d’accusations mensongères et diffamatoires. Celles-ci ont été portées jusque dans les médias par les putschistes et sont présentes sur Internet (et donc hélas de façon durable).

J’ai même été accusé d’avoir "harcelé", à moi tout seul et depuis Bordeaux, les douze salariés rassemblés à Lyon avec le directeur, le directeur adjoint, le directeur financier, etc ! Faut-il le rappeler, je n’ai jamais été le supérieur hiérarchique de personne, contrairement au directeur qui, de militant ordinaire, à construit continuellement son pouvoir, jusqu’à se croire fondé à licencier et évincer selon ses envies.

Les militants antinucléaires injustement évincés du Réseau doivent absolument être réhabilités. C’est certes symbolique, mais c’est fondamental. Tant que cette injustice n’aura pas été réparée, elle entachera de façon grave et durable l’image et la crédibilité du Réseau Sortir du nucléaire et, c’est une évidence, la sérénité ne pourra revenir.

Attention : pour tenter de faire l’unité autour d’eux, les putschistes prétendent que "le Réseau est attaqué". Il n’en est rien : ce sont les actes des putschistes qui sont à juste titre dénoncés. Aujourd’hui encore, ils utilisent les fichiers du Réseau à leur guise, de façon totalement partiale et orientée, pour tromper les groupes, les sympathisants, les donateurs. Ainsi, ils ont accompagné la diffusion trompeuse de la lettre de leur avocat par des formulations comme "Nous espérons que cesseront enfin les rumeurs et les attaques que quelques personnes diffusent régulièrement sur le Réseau." Ce sont eux qui nuisent au Réseau et non les victimes de leurs manoeuvres.

Faut-il rappeler que, être antinucléaire, ce n’est pas seulement dénoncer le danger de la radioactivité, c’est aussi se battre contre le mensonge et l’arbitraire...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
L’appel de Stéphane Lhomme sur la plainte du REZO classée sans suite par la justice.
1er décembre 2010 - 22h53 - Posté par ollivier

Welcome in the real world, ollivier, membre actif du club depuis 40 ans...







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite