Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Elements de cryptographie (1)

de : red1917
jeudi 18 novembre 2010 - 18h33 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 2.7 ko

Comment se libérer de la cryptographie catholique ?

C’est compliqué.
Dans un premier temps, la question est : Definition d’un texte crypté.
Pour cela, bonne chance, car vous devrez savoir ce qu’est un texte en clair.
C’est la première étape.
Bon donc, un texte en clair, c’est le naturel, ce qui existe.
Tout le restant, c’est la traduction en termes compréhensibles.
Par conséquent, un texte compréhensible n’existe pas.
Donc le but ici est de définir :

1/ ce qu’est un texte en clair.
2/ ce qu’est la cryptographie.

Sans vouloir vous décourager, c’est pas facile, mais d’un autre côté, vous allez voir,

a la fin vous serez tout etonnés et fantastiquement "aoucht" (1 *)

1/ La difficulté de définir un texte en clair.
=======================================

Parfois, comme moi, êtes vous submergé par une certaine forme de tristesse en en comprenant RIEN à une fable de La Fontaine, pourtant connu de tous ?

Les termes du 16emes siecles sont parfois abscons (2 *)

Pourtant, point de cryptage, cependant un LANGUAGE différent. (c’est la dernière fois que je met en majuscule un terme important)
Donc un texte en clair c’est juste une phrase qui peut être comprise par celui qui la lit.
Et dès le départ, vous voyez le problème car comment savoir si mon language est compréhensible ?

Prenons l’anglais.
Non.
Un autre exemple :

---
Le language "C" utilisé par des autistes après avoir fait des études techniques.

Void exemple(char *c)
printf("ou la la que j’aime ton %s", c)

— -

Oui je vous entend.
Ceci ne veut rien dire, c’est absurde.
Pourtant, et permettez moi de vous le dire sans être contredit par un étudiant en droit, "C" est un language clair.
Sauf que vous ne comprenez rien du tout si vous ne le connaissez pas.

L’étape 1/ est franchie : un texte en clair est un texte ecrit dans un language connu par la personne qui le lit.
Quand un avocat vous parle, c’est pareil, si vous n’êtes pas un avocat.

Non mais attention, la suite est remarquable.

2/ Seconde partie : qu’est-ce que la Cryptographie ?
=======================================

Si vous n’avez pas lu la partie 1/ : Ok d’accord, mais c’est plus dur à expliquer.

Si vous désirez qu’une seule personne au monde comprenne un texte envoyé, c’est de la cryptographie.

Le reste, c’est un truc du genre cartomancie, ou bible, ou programme politique du PS, ou tout ce que des gens écrivent dans l’espoir que ceux qui le lisent ne comprennent rien.

Pour être plus précis, la cryptographie, c’est pas "dire un truc super intelligent que seuls les militants UMP comprennent", mais plutot :

La transformation d’une phrase claire en une phrase cryptée dont la signification réelle ne sera comprise que par le concepteur et le destinataire du message.

Pour savoir à quoi ça sert, il faut être un espion, un paranoiaque, un banquier, un trafiquant d’arme, ou bien quelqu’un qui ne veut pas qu’on lise ses messages.

Par conséquent, étant donné le nombre de truands, de tyrans, de criminels, de ministres, depuis le début de l’ère chrétienne, il y a un nombre assez important de méthodes de cryptographie.

Je m’interesse à celles qui pourrait vous interesser, dans l’hypothèse où vous êtes interessé par l’action de dissimuler vos messages.

a/ La substitution (ou permutation).

Trop simple.
Un autre terme c’est l’argot.
Remplacer les termes courants compréhensible par des mots bizarres semblants n’avoir rien a voir.
Mais le problème : comme le bourgeois y capte d’argot, y fait rappliquer fissa la volaille.

b/ La rotation.

En remarquant qu’après A, il y a B, et etc.
Un jeu amusant est de remplaçer chaque lettre d’un texte en clair par la lettre de l’alphabet plus un nombre choisi en secret.

Par exemple :

SARKOZY + 7 = ZHYRVHG

pour comprendre, il faut admettre la notion de modulo : c’est à dire qu’après Z, on repart à A.

Probleme : si le préfet connait le 7, t’es mort.

c/ Le calcul massif.

Je suis sur que vous êtes pas cap’ de dire combien fait 1970 exposant 2010. Sauf bien sûr avec une calculatrice, mais donc c’est là l’astuce.

Il s’agit d’une forme de cryptographique fondée sur des 2 idées suivantes :
1- un ordinateur calcule vachement vite.
2- En associant une paire de secret par personne, il devient difficile d’espionner.

Le point 1, à mon avis c’est OK pour vous.
J’ai encore un ZX81 qui marche, et je constate que des choses ont changés.
C’est difficile de voir comment les microprocesseurs actuels sont tellement rapides et les mémoires tellement énormes par rapport aux années 80, que même en mettant 100000 ZX81 face à un PC, le PC y gagne.

Le point 2 mérite vraiment un développement, c’est d’ailleurs le coeur de l’article.

Il faut partir du point inverse : une "astuce" (avec a/ b/) connue par personne, utilisée par un super ordinateur qui fera des calculs tellement compliqués que personne ne pourra décrypter le message secret.

Oui sauf que :

Un Espion.
Un Jaune.
Un Membre de l’UMP.

Il connait l’astuce et le communique aux sales traitres.

Et voilà : le secret est dévoilé, et paf le chien, vos secrets sont dévoilés. En effet, un ordinateur est neutre, et calcule pour celui qui lui ordonne de calculer.

Donc maintenant le point 2 (c’est presque fini, prend un verre de pastis)

Le principe n’est pas totalement différent des points a/ et b/ sauf que :

Contrairement aux méthodes utilisées du temps ou c’était les humains et pas les machines qui gouvernaient, la méthode est impossible à maitriser pour un humain.

Il y a une différence ; le filtre (on appelle aussi cela la clé , ou bien le paramètre,

ou bien qu’importe, il s’agit de la données associée à la méthode de cryptographie, par exemple le 7 pour SARKOZY = SALAUDA (ah non, bug, pardon))

Bref, la donnée qui permet justement de coder le message, n’est plus unique, mais duale.

Bon ok : résumons : si un espion a reçu le message "SARKOZY" en sachant par espionnage, ou autre (appartenance à un parti de droite) que la clé était 7.

Alors : il déchiffrera : "SARKOZY" = "ENCULER" (ah bordel, c’est quoi ce PC de merde ??)

En revanche : imaginez que au lieu de 1 clé unique il y en a 1 par petit canailloux, et en plus des clés "BIS" ;

Cela n’aurait aucune importante si cela était utilisé de la même manière que pour le cas d’une clé unique, mais ;

Si par exemple, avec ma clé 7, j’envoie un message à quelqu’un dans un hopital, qui se demande si je me souvient de lui ;

Alors , si et seulement si cette personne m’a donné sa propre clé (disons le 3) alors c’est ici que cela est interessant :

Avec ma clé 7, le récepteur ne pourra lire mon message qu’avec sa clé 3 "bis" , que je lui aurait donné.

Par exemple : SARKOZY = NAINJAR (ah putain, ça continue ???)

Et inversement, sa réponse avec sa clé 3 ne pourra être interprétée qu’avec ma clé 7 "bis", qu’il m’aura fournit.
Par exemple ; ah non c’est bon maintenant.

Dans la réalité froide des maths , cela est comme ça :

Clé privée, Exposant, Modulo.

Clé privée : la chose que vous ne donnez à personne et qui sert à chiffrer.

Modulo : La chose que vous rendez public, et qui sert à rendre l’exposant vraiment utile.

Exposant (ou clé publique) : c’est la donnée qui sera utilisée par votre interlocuteur,

avec le modulo, pour déchiffer votre message.

Toute l’astuce est que ces trois données ne sont pas vraiment indépendantes, mais que les déduire les unes de l’autre est quasi impossible par une machine actuelle "normale".

Le principe :
Message clair => (Clé privé + modulo) => Message crypté
Message crypté => (clé publique + modulo) => Message clair

Pour un exemple concret, il faudrait que je présente le théorême du reste chinois (CRT) , mais j’ai pas la force. (3 *)

------

(1 *) neologisme intraduisible signifiant que dorénavant, c’est même plus la peine de vous prendre pour un abruti, ou de vous contrôler à plus de 2,5 g sur la A4.

(2 *) Larousse, premières pages, avant "Abscisse", dont la définition donnée rendrait fou un hamster danois.

(3 *) pour ceux qui veulent vraiment connaitre, faire RSA sur un moteur de recherche, et ne retenir que les sites universitaires.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Elements de cryptographie (1)
18 novembre 2010 - 19h19 - Posté par 10 jours qui ébranlèrent le monde

Même si vous conservez jalousement un Z81 dans votre cabinet de curiosités, vous n’étiez pas né en 1917 mais par contre vous êtes complètement RED déf !
Y’aura une suite ? J’aime bien le précipité oufguique ! Par contre, la hot-line du système RSA de ma NO card ne m’a pas transmis mes clés, ni privée ni même publique. Pour le bidulo, je peux me débrouiller mais ça va pas remplir mon frigo !
Je s’rai là pour la suite !



Elements de cryptographie (1)
18 novembre 2010 - 20h28

je ne sais pas ce que tu fumes ,Red, mais c’est de la bonne !







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite