Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Cinquante ans après, la guerre d’Algérie reste un sujet d’embarras pour le PCF

de : Caroline Monnot
vendredi 29 octobre 2004 - 19h40 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

de Caroline Monnot

Le Parti communiste français organise, jeudi 28 octobre place du Colonel-Fabien à Paris, une soirée à l’occasion de la commémoration du cinquantième anniversaire du 1er novembre 1954, date du début de l’insurrection en Algérie. Le PCF peine encore à se pencher sur son histoire algérienne. Deux vérités bien distinctes s’entrechoquent.

La première est celle des historiens, qui montrent une direction du PCF extrêmement prudente vis-à-vis de l’insurrection armée et du fait national algérien. L’autre celle du vécu et de la mémoire militante communiste de base, qui a d’autant plus le sentiment d’avoir été parmi les rares à la pointe du combat anticolonialiste que c’est ce récit qui en interne a primé.

Dans cette perception, les saisies à répétition de l’Humanité pour ses dénonciations de l’usage de la torture, les manifestations pour "la paix en Algérie", les figures d’Henri Alleg, de Maurice Audin, les morts de Charonne - ce que l’historien Benjamin Stora appelle le "patrimoine sacré" - l’emportent sur le soutien jusqu’en 1956 à l’Union française, le vote des pouvoirs spéciaux à Guy Mollet, les louvoiements vis-à-vis de la revendication d’indépendance.

Ce choc des vérités fait tout l’intérêt de la soirée du jeudi 28 octobre. Interpellé par ses vieux militants, le PCF a mis en place en 2001 un groupe de travail sur "les communistes et la guerre d’Algérie". Le 8 juin 2001, Roland Leroy, ancien directeur de l’Humanité, avait pris les devants. Dans un entretien qui demeure l’introspection la plus aboutie du PCF sur sa politique vis-à-vis de la question algérienne, celui qui fut jeune député communiste en 1956 estimait que le vote des pouvoirs spéciaux à Guy Mollet était une "erreur d’appréciation". Et reconnaissait que, au-delà de la faute tactique, ce vote "touchait à quelque chose de plus profond qui avait à voir avec la stratégie politique du parti communiste à l’époque".

Dans le discours qu’elle devait prononcer jeudi soir, la secrétaire nationale du PCF, Marie-George Buffet, montre que la guerre d’Algérie reste un sujet d’embarras important pour son parti. En 1954, "les forces politiques qui appellent alors à maintenir l’ordre contre le mouvement national algérien (...) prennent appui sur un sentiment populaire majoritaire", explique Mme Buffet. Elle affirme, dans la foulée : "Seul le PCF (...), marqué par un combat anticolonial identitaire, est engagé dans le mouvement qui conduira à l’indépendance."

Des forces politiques, certes très marginales (pivertistes, trotskistes, libertaires), avaient toutefois pris position, dès 1954, pour l’indépendance. Ensuite, la direction du PCF ne s’est pas vraiment engagée en 1954 dans un mouvement vers l’indépendance : la ligne officielle du parti est restée pour deux ans encore le soutien à l’Union française.

En revanche, pour la première fois, est évoquée par un numéro un du PCF l’existence d’"actes individuels" de militants, sous-entendu allant plus loin dans l’engagement que la ligne du parti de l’époque et donc en marge de celui-ci. "On ne reconnaît pas assez cette multitude d’actes politiques effectués individuellement ou au nom de la direction du PCF pour la solidarité, la justice et pour les droits du peuple algérien", déclare Mme Buffet.

Evoquant l’action de ceux et celles qui s’engagèrent pour aider personnellement le FLN, elle indique : " Je sais combien celles et ceux qui avaient fait ce choix se sont sentis abandonnés." Pour autant, Mme Buffet estime que si "un recul critique est toujours nécessaire"," notre parti ne doit ni mythifier, ni dénigrer ce qui a été fait". Evoquant le vote des pouvoirs spéciaux à Guy Mollet, le mot erreur ne figure pas dans son intervention. "Si le contexte politique du moment (...) a pu justifier ce vote, il en reste cependant un geste difficile à assumer", indique-t-elle.

http://www.lemonde.fr/web/article/0...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Cinquante ans après, la guerre d’Algérie reste un sujet d’embarras pour le PCF
1er novembre 2004 - 18h19

La direction du PCF ne recule devant aucune infamie pour se refaire une santé politique. Un jour elle niera d’avoir soutenu le pacte germano-soviétique.



Cinquante ans après, la guerre d’Algérie reste un sujet d’embarras pour le PCF
2 juin 2014 - 04h23 - Posté par Justinen

assurance auto bnp devis.

devis assurance voiture sans permis macif

Ma devis assurance voiture pno le devis d’assurance auto en ligne. devis assurance auto devis assurance auto en ligne mma le C’est sa devis assurance auto en ligne comparateur nouveaux assurance auto areas devis .Alors cette devis assurance jet ski ligne pourquoi devis assurance auto en ligne mma ...





accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite
France : menace claire de coup d’État militaire imminent
lundi 26 avril
de Roberto Ferrario
Ainsi se termine la déclaration d’un groupe des militaires des Force des Armées françaises : “Par contre, si rien n’est entrepris, le laxisme continuera à se répandre inexorablement dans la société, provoquant au final une explosion et l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles et de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national. On le voit, il n’est plus temps de (...)
Lire la suite