Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Grèce : Un extrait du "Capital" d’une actualité redoutable, sur les dettes publiques.

de : via La Louve
dimanche 9 mai 2010 - 21h36 - Signaler aux modérateurs
15 commentaires
JPEG - 25.1 ko

Extrait du "Capital" de Karl Marx, Livre I, Section VIII, chapitre XXXI.

"(...)Le système du crédit public, c’est-à-dire des dettes publiques, dont Venise et Gênes avaient, au moyen âge, posé les premiers jalons, envahit l’Europe définitivement pendant l’époque manufacturière. Le régime colonial, avec son commerce maritime et ses guerres commerciales, lui servant de serre chaude, il s’installa d’abord en Hollande. La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.

La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique . Il n’y a donc pas à s’étonner de la doctrine moderne que plus un peuple s’endette, plus il s’enrichit. Le crédit public, voilà le credo du capital. Aussi le manque de foi en la dette publique vient-il, dès l’incubation de celle-ci, prendre la place du péché contre le Saint-Esprit, jadis le seul impardonnables.

La dette publique opère comme un des agents les plus énergiques de l’accumulation primitive. Par un coup de baguette, elle doue l’argent improductif de la vertu reproductive et le convertit ainsi en capital, sans qu’il ait pour cela à subir les risques, les troubles inséparables de son emploi industriel et même de l’usure privée. Les créditeurs publics, à vrai dire, ne donnent rien, car leur principal, métamorphosé en effets publics d’un transfert facile, continue à fonctionner entre leurs mains comme autant de numéraire.

Mais, à part la classe de rentiers oisifs ainsi créée, à part la fortune improvisée des financiers intermédiaires entre le gouvernement et la nation - de même que celle des traitants, marchands, manufacturiers particuliers, auxquels une bonne partie de tout emprunt rend le service d’un capital tombé du ciel - la dette publique a donné le branle aux sociétés par actions, au commerce de toute sorte de papiers négociables, aux opérations aléatoires, à l’agiotage, en somme, aux jeux de bourse et à la bancocratie moderne.

Dès leur naissance les grandes banques, affublées de titres nationaux, n’étaient que des associations de spéculateurs privés s’établissant à côté des gouvernements et, grâce aux privilèges qu’ils en obtenaient, à même de leur prêter l’argent du public.

Aussi l’accumulation de la dette publique n’a-t-elle pas de gradimètre plus infaillible que la hausse successive des actions de ces banques, dont le développement intégral date de la fondation de la Banque d’Angleterre, en 1694.

Celle-ci commença par prêter tout son capital argent au gouvernement à un intérêt de 8 %%, en même temps elle était autorisée par le Parlement à battre monnaie du même capital en le prêtant de nouveau au public sous forme de billets qu’on lui permit de jeter en circulation, en escomptant avec eux des billets d’échange, en les avançant sur des marchandises et en les employant à l’achat de métaux précieux. Bientôt après, cette monnaie de crédit de sa propre fabrique devint l’argent avec lequel la Banque d’Angleterre effectua ses prêts à l’État et paya pour lui les intérêts de la dette publique.

Elle donnait d’une main, non seulement pour recevoir davantage, mais, tout en recevant, elle restait créancière de la nation à perpétuité, jusqu’à concurrence du dernier liard donné.

Peu à peu elle devint nécessairement le réceptacle des trésors métalliques du pays et le grand centre autour duquel gravita dès lors le crédit commercial. Dans le même temps qu’on cessait en Angleterre de brûler les sorcières, on commença à y pendre les falsificateurs de billets de banque.

Il faut avoir parcouru les écrits de ce temps-là, ceux de Bolingbroke, par exemple, pour comprendre tout l’effet que produisit sur les contemporains l’apparition soudaine de cette engeance de bancocrates, financiers, rentiers, courtiers, agents de change, brasseurs d’affaires et loups-cerviers.

Avec les dettes publiques naquit un système de crédit inter­national qui cache souvent une des sources de l’accumulation primitive chez tel ou tel peuple.

C’est ainsi, par exemple, que les rapines et les violences vénitiennes forment une des bases de la richesse en capital de la Hollande, à qui Venise en décadence prêtait des sommes considérables.

A son tour, la Hollande, déchue vers la fin du XVII° siècle de sa suprématie industrielle et commer­ciale, se vit contrainte à faire valoir des capitaux énormes en les prêtant à l’étranger et, de 1701 à 1776, spécialement à l’Angleterre, sa rivale victorieuse.

Et il en est de même à présent de l’Angleterre et des États-Unis. Maint capital qui fait aujourd’hui son apparition aux États-Unis sans extrait de naissance n’est que du sang d’enfants de fabrique capitalisé hier en Angleterre.

Comme la dette publique est assise sur le revenu public, qui en doit payer les redevances annuelles, le système moderne des impôts était le corollaire obligé des emprunts nationaux.

Les emprunts, qui mettent les gouvernements à même de faire face aux dépenses extraordinaires sans que les contribuables s’en ressentent sur-le-champ, entraînent à leur suite un surcroît d’impôts ; de l’autre côté, la surcharge d’impôts causée par l’accumulation des dettes successivement contractées contraint les gouvernements, en cas de nouvelles dépenses extraordinaires, d’avoir recours à de nouveaux emprunts.

La fiscalité moderne, dont les impôts sur les objets de première nécessité et, partant, l’enchérissement, de ceux-ci, formaient de prime abord le pivot, renferme donc en soi un germe de progression automatique. La surcharge des taxes n’en est pas un incident, mais le principe. Aussi en Hollande, où ce système a été d’abord inauguré, le grand patriote de Witt l’a-t-il exalté dans ses Maximes comme le plus propre à rendre le salarié soumis, frugal, industrieux, et... exténué de travail.

Mais l’influence délétère qu’il exerce sur la situation de la classe ouvrière doit moins nous occuper ici que l’expropriation forcée qu’il implique du paysan, de l’artisan, et des autres éléments de la petite classe moyenne.

Là-dessus, il n’y a pas deux opinions, même parmi les économistes bourgeois. Et son action expropriatrice est encore renforcée par le système protectionniste, qui constitue une de ses parties intégrantes.

La grande part qui revient à la dette publique et au système de fiscalité correspondant, dans la capitalisation de la richesse et l’expropriation des masses, a induit une foule d’écrivains, tels que William Cobbett, Doubleday et autres, à y chercher à tort la cause première de la misère des peuples modernes.

Le système protectionniste fut un moyen artificiel de fabriquer des fabricants, d’exproprier des travailleurs indépendants, de convertir en capital les instruments et conditions matérielles du travail, d’abréger de vive force la transition du mode traditionnel de production au mode moderne.

Les États européens se disputèrent la palme du protectionnisme et, une fois entrés au service des faiseurs de plus-value, ils ne se contentèrent pas de saigner à blanc leur propre peuple, indirectement par les droits protecteurs, directement par les primes d’exportation, les monopoles de vente à l’intérieur, etc. Dans les pays voisins placés sous leur dépendance, ils extirpèrent violemment toute espèce d’industrie ; c’est ainsi que l’Angleterre tua la manufacture de laine en Irlande à coups d’oukases parlementaires. Le procédé de fabrication des fabricants fut encore simplifié sur le continent, où Colbert avait fait école.

La source enchantée d’où le capital primitif arrivait tout droit aux faiseurs, sous forme d’avance et même de don gratuit, y fut souvent le trésor public.

Mais pourquoi, s’écrie Mirabeau, pourquoi aller chercher si loin la cause de la population et de l’éclat manufacturier de la Saxe avant la guerre ! Cent quatre-vingt millions de dettes faites par les souverains.

Régime colonial, dettes publiques, exactions fiscales, protection industrielle, guerres commerciales, etc., tous ces rejetons de la période manufacturière proprement dite, prennent un développement gigantesque pendant la première jeunesse de la grande industrie. Quant à sa naissance, elle est dignement célébrée par une sorte de massacre des innocents - le vol d’enfants exécuté en grand. Le recrutement des fabriques nouvelles se fait comme celui de la marine royale - au moyen de la presse !(...)"

http://www.marxists.org/francais/ma...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Grèce : Un extrait du "Capital" d’une actualité redoutable, sur les dettes publiques.
9 mai 2010 - 22h31 - Posté par sylfirez

Ouah plus ca va et plus je me dis qu’il faut que je le lise ce livre. ca doit etre lourd et pompeux mais un tout petit peu plus instructif que les emission de TV : A lire.



Grèce : Un extrait du "Capital" d’une actualité redoutable, sur les dettes publiques.
9 mai 2010 - 23h07 - Posté par

C’est tout sauf lourd et pompeux. Lis-le, effectivement. Relis-le, aussi, parce qu’à la première lecture on ne saisit jamais tout...


Grèce : Un extrait du "Capital" d’une actualité redoutable, sur les dettes publiques.
9 mai 2010 - 23h08 - Posté par La Louve

Oui et puis n’hésite pas à le prendre "par passages" c’est à dire à lire d’une certaine manière, y compris "dans le désordre".


Grèce : Un extrait du "Capital" d’une actualité redoutable, sur les dettes publiques.
10 mai 2010 - 14h48 - Posté par José Diaz

sauf parfois Arte qui nous réserve quelques surprises (je pense entre autres à "Surplus : la consommation par la terreur")


Grèce : Un extrait du "Capital" d’une actualité redoutable, sur les dettes publiques.
9 mai 2010 - 23h38 - Posté par Brutus

Contrairement à ce qu’annonçaient certains après la chute du mur de Berlin ("...la deuxième, et définitive, mort de Karl Marx..."), il semble que le barbu international n’en finisse pas de ressusciter. Jésus finira-t-il par en être jaloux ?



Grèce : Un extrait du "Capital" d’une actualité redoutable, sur les dettes publiques.
9 mai 2010 - 23h57

Dès leur naissance les grandes banques, affublées de titres nationaux, n’étaient que des associations de spéculateurs privés s’établissant à côté des gouvernements et, grâce aux privilèges qu’ils en obtenaient, à même de leur prêter l’argent du public.

Ai-je rêvé ce soir devant A2, quand on m’expliquait, dessin à l’appui, que la BCE, pour fonder son fond (sans fond) destiné à "sauver nos pays", allait emprunter moulte milliards d’euros aux.... banques ? Banques sauvées l’autre printemps par cette même BCE, au fait, avec quel argent..... ?

Bravo LL



Grèce : Un extrait du "Capital" d’une actualité redoutable, sur les dettes publiques.
10 mai 2010 - 00h26 - Posté par La Louve

Tu n’as pas rêvé , et c’est exactement pour ça que je me suis replongée dans Le Capital pour exhumer cet extrait....


Grèce : Un extrait du "Capital" d’une actualité redoutable, sur les dettes publiques.
10 mai 2010 - 08h12 - Posté par pilhaouer

Texte vraiment d’actualité apprécié même sur le blog de Paul Jorion :

Désaliéner l’État : une stratégie offensive et défensive, par Xénophon
http://www.pauljorion.com/blog/?p=11334

Grosse offensive journalistique ce matin pour nous mettre dans la tête que l’Europe a presque un gouvernement économique qui met le paquet : 750 milliards d’euros pour permettre aux états défaillants de rembourser qui ...les banques privées bien sur.. ! La "rigueur" et les impôts suivent...

Accessoirement "sommet social à l’Elysée aujourd’hui avec les clowns habituels !

Accessoirement aussi, la chute de 10% de la bourse de New-York était un accident !
Une équipe de 50 enquêteurs recherche le responsable. Ouaff !

Aux armes ! Là on va nous bouffer crus !


Grèce : Un extrait du "Capital" d’une actualité redoutable, sur les dettes publiques.
10 mai 2010 - 14h43 - Posté par

Les grands esprits se rencontrent toujours ! Sauf que ....Il ya une différence entre LL et Jorion. Car Dommage que jorion ait raboté une partie très intéressante du texte, et qu’il fasse un magnifique contresens social-démocrate sur le texte de Marx en le faisant lire par conbendit.... ;) !!!!
Sa conclusion "réduire la dette publique pour désaliéner l’etat" n’a jamais été prononcée par Marx et ne pourrait pas l’être car le pb pour Marx ce sont les travailleurs dans un rapport de forces et un contexte historique et économique donné, a fortiori quand ensuite on ne remet pas en question la fiscalité soi même mais l’endroit où elle s’applique et son montant. Comme quoi un même txt lu par deux personnes différentes....ne donnera évidemment pas la même chose.
Car parler aujourd’hui de "réduire la dette publique" pour "désaliéner l’Etat" (ou pire "la nation" en filigrane dans ce texte) c’est tout simplement justifier les politiques de rigueur compte tenu du rapport de forces actuel !!!!


Grèce : Un extrait du "Capital" d’une actualité redoutable, sur les dettes publiques.
10 mai 2010 - 18h15 - Posté par R.B

OUI, Frères et Soeurs de classe, il faut absolument RÉSERVER AUSSI beaucoup de temps de nos vie à LIRE et étudier.

Je vous propose, comme entremet, de gamberger sur ce petit extrait.
Juste pour vous donner ENVIE !! ;-)

« Le capital, [dit la Quarterly Review] fuit le tumulte et les disputes, et, est timide par nature.

Cela est très vrai, mais ce n’est pas pourtant toute la vérité.

Le capital abhorre l’absence de profit ou un profit minime, comme la nature a horreur du vide.

Que le profit soit convenable, et le capital devient courageux :

> 10 % de profit assurés, et on peut l’employer partout,
>> 20 %, il s’échauffe !,
>>>>> 50 %, il est d*une témérité folle ;
>>>>>>>>> à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines ;
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> à 300 %, il n’est pas de crime qu’il n’ose commettre, même au risque de la potence. Quand le désordre et la discorde portent profit, il les encourage tous deux : à preuve la contrebande et la traite des nègres. » (P.J. Dunning, Trade Unions and Strikes, p. 436.)


Grèce : Un extrait du "Capital" d’une actualité redoutable, sur les dettes publiques.
10 mai 2010 - 21h07 - Posté par Pic et Puce

Le capital en tant que tel n’est pas un vice...c’est l’accumulation du capital par une toute petite minorité qui est criminel. Pour gérer ce capital, c’est à dire le fruit de la force de travail de tous, il faut un niveau de connaissances et d’instruction pour tous...

Si l’on veut que la gestion du capital soit pour le bénéfice de tous, il faut ouvrir des écoles avec des classes de 10 à 12 élèves maxi...Cet investissement garantit à long terme la démocratie qui conduit à une gestion démocratique du fameux capital...

Un lien social égalitaire ne peut se construire que grâce à l’émergence d’une conscience collective fraternelle façonnée par un système éducatif au service de tous avec possibilité d’y venir s’instruire à tous âges.



Grèce : Un extrait du "Capital" d’une actualité redoutable, sur les dettes publiques.
11 mai 2010 - 15h51 - Posté par R.B

*Pic et Puce*, entendons bien l’essentiel ! = C’est LE CARACTÈRE strictement PRIVÉ de l’appropriation des grands moyens de production et d’échange
qui pose vraiment problème !

>> Donc, 1ère exigence fondamentale : SOCIALISER tous ces grands moyens de production et d’échange, au niveau planétaire.

>> Et, OUI, ce serait, là alors, UNE VRAIE RÉVOLUTION !!

fraternellement.


Grèce : Un extrait du "Capital" d’une actualité redoutable, sur les dettes publiques.
12 mai 2010 - 06h28 - Posté par

Il paraît que dans les baques soviétiques, il y avait des milliards et des milliards et que tout a été volé par les privatiseurs-voleurs.

Combien d’entreprises publiques françaises étaient rentables ? Beaucoup.

Où va l’argent de Russie et de France maintenant ? Dans les villas sur la Côte d"Azur et ailleurs.


Grèce : Un extrait du "Capital" d’une actualité redoutable, sur les dettes publiques.
12 mai 2010 - 11h37 - Posté par

le capital n’est pas que de l’argent sonnant et trébuchant, ou des chiffres sur un compte, c’est aussi, et surtout, des machines et des humains capables de les faire fonctionner. Le vol de ce capital sera impossible lorsque les humains seront conscients de leurs pouvoirs !


Grèce : Un extrait du "Capital" d’une actualité redoutable, sur les dettes publiques.
12 mai 2010 - 14h12 - Posté par guesdes

La baisse de rendement du capital industiel (théorie de la baisse tendancielle du taux de profit ; MARX) est toujours d’actualité.

La recherche du rendement capitalistique est devenu en contradiction avec le progrès scientifique et technologique.

Le capitalisme financier qui a pris le relai du capitalisme industriel creuse la tombe de ce système.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite