Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La déroute identitaire des forces de gauche : Une refondation s’impose


de : GRANMA (Cuba)
jeudi 17 mai 2007 - 13h31 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires

de MICHEL PORCHERON *

La victoire arithmétique sans appel dimanche 6 mai du candidat de droite M.Sarkozy à l’élection présidentielle en France n’est pas forcément le bilan le plus spectaculaire de plusieurs mois de campagne électorale. Au Sarkozy candidat a succédé le président Sarkozy. C’est dans un certain ordre des choses. La droitisation de la société française n’est plus une hypothèse. « Ce choix est le produit d’un rapport des forces très clair : une France de droite a voté à droite » (quotidien Le Monde). De plus la droite qui l’a emporté a une forte identité, elle est sarkozysée depuis 2002. Sa victoire est énergique, claire et nette. « Nicolas Sarkozy avait gagné dans les têtes avant de triompher dans les urnes » (Libération). « Sa victoire décomplexée lui a ouvert un boulevard politique avant les législatives de juin prochain » (L’Express)

Ce qui parait le plus grave au lendemain de ce 6 mai, c’est la déroute de toutes les gauches, complexées, de la gauche molle représentée par la candidate Ségolène Royal jusqu’à la gauche la plus radicale, la gauche altermondialiste, celle des « collectifs », celle aussi du Parti communiste (Mme Marie-George Buffet) qui, au premier tour n’avait réuni qu’un pour cent des voix, son score le plus bas de toute son histoire électorale. La gauche, les gauches, l’extrême gauche récoltent ce qu’elles ont semé depuis des lustres.

La droite traditionnellement se présente toujours comme telle, avec un degré supplémentaire dans le cas de Nicolas Sarkozy. A visage découvert, avec un programme ouvertement de droite, plus ou moins musclée, des déclarations peu ambigües, un « projet de société » au service des intérêts de la France d’en haut. Au profit d’un fort électorat droitier.

Pendant ce temps là, la gauche de gouvernement et les gauches de contestation n’arrêtent pas de se chercher, débattent vainement entre elles ou se déclarent incompatibles. De l’aide droite du PS (Parti socialiste, qui n’a de socialiste que le nom) jusqu’aux « petits candidats » dits « révolutionnaires » qui voient seulement dans la présidentielle l’occasion de monter sur des tréteaux médiatiques le temps de la campagne, la cacophonie a diverses caractéristiques : elle est inversement proportionnelle à ce qu’elle est censée transmettre - pas grand-chose -, elle ne parvient pas à cacher l’absence d’identité d’une gauche crédible, sûre d’elle-même, déterminée, elle traduit l’incapacité des états-majors non seulement à conserver leurs électorats traditionnels ( le PCF en est l’exemple le plus pathétique) mais à se mettre d’accord sur le dénominateur commun que tout électeur de gauche est en droit d’attendre : barrer la route à la droite, à fortiori quand elle affiche sa face la plus réactionnaire.

Tant que la gauche ne se débarrassera pas de ses complexes, de ses troubles de conscience, de ses querelles internes, fondées ou pas, elle ne parviendra à rien.

Un grand espoir vient d’être déçu, remisé. Nul ne peut s’exonérer de la défaite de Ségolène Royal. La réserve de la gauche radicale envers la perspective d’un gouvernement de gauche, associée à la rigidité et la suffisance du PS socialiste ont envoyé les espoirs de leurs électeurs au fond du puits et pour longtemps. Le PS a fait l’erreur de croire que la présidentielle allait surtout reconstituer l’unité du parti, or c’est le contraire qui s’est produit. Il a même négligé et manifestement les efforts susceptibles d’offrir un projet social-démocrate crédible. Au même moment, il est fort probable que la gauche radicale, celle d’Olivier Besancenot (Ligue Communiste Révolutionnaire) et Arlette Laguiller (Lutte Ouvrière) ne se soient pas précipités vers les bulletins aux couleurs d’une candidate jugée trop droitière. Donc adieu la victoire et bonjour les dégâts.

Dès le soir même de la défaite, le PS a vécu un branle-bas de combat. Deux de ses principaux leaders ont tiré à boulets rouges sur la direction de leur parti. Pour Dominique Strauss-Kahn (DSK) a parlé de « très grave défaite ». « Je pense à ces millions de Françaises et de Français qui, dès le premier tour, n’ont pas porté leurs suffrages sur la gauche parce qu’ils n’ont pas vu dans la gauche la possibilité de porter leur espoir de changement ». Notant que « jamais la gauche n’a été aussi faible », DSK a estimé que cela s’expliquait par le fait que « la gauche française n’a toujours pas fait sa rénovation ». Soit au centre toute. Pour sa part, Laurent Fabius, ancien premier ministre du président Mitterrand a estimé que « le drapeau de la gauche est à terre, il faut le relever ». Il a réclamé « une gauche qui n’hésite pas sur sa stratégie » lors des prochaines législatives. A gauche toute.

Les règlements de compte ne font que commencer.

C’est probablement l’éditorialiste Laurent Joffrin (quotidien Libération) qui propose une des meilleures analyses. « L’immobilité doctrinale du PS, produite par ses divisions d’ambition, a plombé d’avance l’élection. Refus de tirer une leçon claire de la bérézina du 21 avril 2002, illusion que le simple jeu de l’alternance suffirait à assurer la victoire, insensibilité aux enjeux nouveaux dans une France transformée par sa propre crise et par la mondialisation, négligence à l’égard du centre, absence de réflexion sur les nouvelles politiques sociales et économiques nécessaires en ce début de siècle, ouverture insuffisante aux innovations de l’altermondialisme dont il fallait prendre le meilleur, suicide par éclatement de la gauche radicale ».

L’ensemble de la gauche doit dès aujourd’hui organiser sa refondation. La rénovation idéologique et stratégique du PS est également en jeu, sa mutation vers un parti "progressiste" aussi. Mais « la recomposition et la rénovation sont un ordre du jour lourd, et qui peut être long » (Le Monde) .

NOUVEL ECHEC DE LA GAUCHE

Depuis 1981, avec François Mitterrand à l’Elysée, trois « stratégies » de la gauche ont déjà échoué : en 1983 quand le gouvernement de gauche du premier ministre Mauroy s’est vu contraint à « changer de cap » tellement sa théorie politique était inadaptée à l’environnement économique et sociale, en 2002 quand, au premier tour (16 candidats au total, chiffre record), l’émiettement à gauche (avec 8 candidats, alors que la droite parlementaire n’était représentée que par trois candidats, l’extrême droite avait 2 candidats, le centre, un (F.Bayrou) et deux indépendants) a propulsé JM Le Pen (extrême droite) comme candidat au 2 e tour face à Jacques Chirac, président sortant.

Ayant retiré les leçons de cette élection, la gauche, ce 6 mai 2007, a voté « utile » dès le premier tour, les « petits candidats » n’obtenant que des miettes, et elle figurait au 2 e tour, mais 1/ elle n’a pas su surmonter le déficit d’image d’une gauche attractive, 2/ la candidate Ségolène Royale n’a pas bénéficié de tous les reports de voix (du centre et de l’extrême gauche) qui lui étaient nécessaires pour l’emporter.

Ce n’est pas la femme qui a perdu – pour la première fois une femme briguait la magistrature suprême- mais ce qu’elle a tenté de défendre, de proposer, avec un style nouveau, qui se voulait novateur, susceptible d’influencer les indécis. Sa bonne volonté, quelques propositions d’ouvertures, son impact médiatique n’ont jamais convaincu qu’elle parlait au nom d’une gauche capable d’affronter une droite depuis longtemps madrée, très habile, qui a su attirer des ralliements tous azimuts dont des centaines de milliers de voix venues de l’extrême droite.

La machine et l’appareil sarkoziens, plus proches du bulldozer et de l’artillerie lourde que de la camionnette publicitaire et des débats à fleurets mouchetés ont renvoyé à leurs chères études les têtes pensantes de la gauche molle, qui, dans sa défaite, a entraîné tous ceux qui se situent à l’extrême gauche, sous les bannières de la Ligue Communiste Révolutionnaire, du PCF, de Lutte Ouvrière, du monde associatif, de José Bové, voire celle des Verts.

Surtout depuis mai 1968, les partis et les organisations de gauche sont engluées dans ce dilemme récursif : tout faire pour être un parti de gouvernement ou tout faire pour ne pas l’être, restant alors une force dite de propositions et de contestations, sans se compromettre avec le parti au pouvoir (en l’occurrence le Parti socialiste). Le PCF depuis plus de 50 ans est animé, jusqu’à aujourd’hui, par un débat interne où dominent, selon les époques, des majorités « pour » ou « contre » la présence de ministres communistes dans les gouvernements dirigés par un premier ministre du P.S.

Il est à déplorer que, quelle que soit l’option choisie, le PCF n’ait pas pu ou su enrayer un déclin électoral, résultat de son incapacité depuis 30 ans à accompagner les mouvements sociaux et à se défaire de son image de dernier PC européen « stalinien ».

Par ailleurs, entre 1983 et 2002, dont 15 ans de « gauche unie » (PS-PCF) le dirigeant néo-fasciste Le Pen passait de 3 à 17 %.

Cette élection, si elle confirme un comportement électoral français, également récurrent, en faveur d’un candidat conservateur porteur de la double casquette tradition-autorité, constitue un nouveau paradoxe. Le French Paradox.

Que la gauche institutionnelle ou libérale, autour d’un PS mal en point, soit incapable de mettre en place une social-démocratie, type Blair, R. Prodi ou Zapatero, n’est pas une nouveauté. La perte n’est pas capitale, sauf qu’elle pourrait au moins barrer la route à des Margaret Thatcher, Berlusconi ou Aznar hexagonaux. Entre deux mots choisir le moindre. A la condition tout de même que le PS parvienne à arrêter l’hémorragie de son électorat populaire ou stopper un certain exode des classes moyennes vers le centre.

Mais la singularité française est plutôt dans le fait que les forces antilibérales représentaient et jusqu’au 22 avril, jour du premier tour, un paquet potentiel proche de 12 % de voix. Une composante non négligeable. Un fleuron français. Mais qui a des états d’âme, contrairement à n’importe quelle droite quand il s’agit de prendre le pouvoir.

Qu’est-elle devenue depuis dès 20 heures le dimanche 6 mai ? Morcelée, évanouie, passée à la moulinette. Figure emblématique de la gauche de la gauche, Arlette Laguiller (Lutte Ouvrière, trotskyste) aura quitté 33 ans de vie politique (six élections présidentielles) avec son score le plus faible (1%) lors du premier tour.

« Je ne crois pas qu’une défaite se solderait pour la gauche par une traversée du désert salvatrice, mais plutôt par une décomposition dont il lui serait difficile de se remettre », a eu l’occasion de commenter (5 avril) Etienne Balibar, philosophe proche de l’extrême gauche et qui appelait à voter pour Mme Royal « pour faire échec à la droite ».

Militant et fin observateur Etienne Balibar dénonçant dans la gauche de la gauche, « les chapelles » et leurs clientélismes, déclarait que « c’est la faiblesse de « la gauche de la gauche » qui risque de faire gagner la droite dure, autant que le désenchantement des ouvriers, des enseignants et des classes moyennes envers le PS ».

En effet, si cette gauche radicale a fortement marqué la vie politique française depuis une dizaine d’années (manifestations anti-OMC, création de Attac, luttes anti-OGM, contre les discriminations, etc… ) sur la base de l’antilibéralisme, dont le point culminant a été la victoire du non au référendum (2005) sur l’Europe, elle semble ne pas avoir su négocier le virage vers un anticapitalisme tourné vers les nouveaux visages visibles du capitalisme. « L’antilibéralisme abstrait ne permet pas d’isoler les adversaires principaux » (E.Balibar).

Reconstruire une gauche de combat autour d’un projet politique réellement alternatif est plus facile à dire qu’à faire. Que faire ? Instituer un bipartisme cohérent avec le présidentialisme (Daniel Bensaïd, philosophe et membre de la LCR) ? Convertir l’extrême gauche à l’électoralisme ? Pratiquer un entrisme ouvert et positif ? Le Parti socialiste, parti dominant dans la gauche depuis 1981, donc arithmétiquement force incontournable mais en nette perte de vitesse, ne semble pas à la veille de céder son leadership ou de s’auto-injecter la critique radicale qu’impose aujourd’hui sa défaite. Coupé des énergies sociales, incapable de s’adresser aux classes populaires, le Parti socialiste – avec ou sans Mme Royal – est condamné à se déporter clairement vers la gauche. Avec un personnel politique nouveau. Encore faut-il qu’au même moment la gauche critique oublie ses intérêts de boutique, se fédère et puisse peser sur l’état major socialiste pour faire aboutir les revendications et mobilisations sociales, politiques et culturelles.

Enfin une élection présidentielle constitue une loupe de l’état de société. Quand celle-ci n’a plus d’idées, celle-là logiquement ne véhicule rien. On sait qu’une période de « basse intensité idéologique ou doctrinale » (termes de l’historien Christophe Prochasson) favorise la droite. La campagne électorale a démontré, également par sa médiatisation à outrance, que la politique n’est plus seulement le lieu du collectif, des idées mais des passions (ou des souffrances) individuelles. A ce jeu maléfique aussi, la droite a su tirer la couverture à elle.

EN ATTENDANT DEMAIN

En attendant d’autres lendemains, M. Nicolas Sarkozy se sera installé à l’Elysée. Pour un quinquennat ou plus. Avec l’éventualité - éventuelle - d’un sursaut des gauches cette fois-ci, aux prochaines élections législatives. Si ce n’était pas le cas, pour reprendre les termes de E. Balibar, la gauche connaitrait alors et une nouvelle traversée du désert et une décomposition fatale.

Mais vers où ira-t-elle ? Au sein même du PS, un courant existe pour une alliance avec le centre. Non plus pour dominer à la gauche de la droite, mais pour survivre et tenter de battre la formation politique (UMP) de M. Sarkozy aux législatives. Le 14 avril l’ancien premier ministre Michel Rocard du président François Mitterrand, se déclarait favorable à un accord avec le centre avant le premier tour. Il écrivait dans la page Débats du quotidien Le Monde « Si Nicolas Sarkozy est élu, nous n’aurons aucune excuse ». « Nous pouvons éviter ce gâchis en unissant nos forces avec ceux qui nous sont les plus proches, les centristes ». Aujourd’hui M. Sarkozy est élu.

Ce qu’on retiendra de ce 6 mai 2007 c’est « l’ampleur de la crise d’identité de la gauche. Son échec arithmétique est la conséquence d’une défaite culturelle. Et d’une déculottée idéologique » (Libération, Renaud Dély). D’ores et déjà la gauche du XX e siècle est enterrée. Le reste, à commencer par la victoire de M. Sarkozy, relève de péripéties politiques classiques, d’épiphénomènes de circonstances.

(* journaliste français, résident à Cuba) http://www.granma.cu/frances/2007/m...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
La déroute identitaire des forces de gauche : Une refondation s’impose
17 mai 2007 - 15h59

Ce n’est pas la peine d’être à Cuba ,pour écrire de tels commentaires ,la presse et les médias français l’on déjà écrit !L’analyse de la situation est trés différente,comme quoi ont peut être français vivant à Cuba et être mauvais journaliste.(voir pour s’informer le communiqué de Bellaciao,et éventuellement mon post du 16mai Et maintenant.)

Roger bretagne



La déroute identitaire des forces de gauche : Une refondation s’impose
17 mai 2007 - 17h54

A MICHEL PORCHERON

Je ne suis pas du tout ;d’accord avec l’ analyse que vous faites sur les élections présidentielles ,si je comprends bien vôtre raisonnement il faudrait reconstruire un parti de gauche atrappe tout de l’extrême gauche jusqu’au centre gauche vous parlez même de Michel Rocard comme s’il avait fait une politique qui aide le peuple ,(on lui doit la csg ) pour soit disant relever le déficit de la sécurité sociale , comme s’il n’avait pas pu prendre cet argent là ou il y en a le plus par solidartié avec les plus pauvres , hélas c’est le malheur du peuple tous ces pseudos socialistes qui sous prexte de se mettrent en accord avec la mondialisation nous font la politique de la droite les trois ou quatre fois que la gauche a été au pouvoir elle, n’a jamais pu faire autre chose que de s’aligner avec la droite et finalement tromper le peuple, je préfère de loin l’analyse de Jean-François Bonaldi à la vôtre.Je crois que la gauche ne se relèvera pas,si elle ne se résoud pas à faire une véritable politique de gauche en ayant l’audace, comme le font les Latinos de s’attaquer de front au libéralisme qui est source de misère dans le monde.AL de TOULOUSE



La déroute identitaire des forces de gauche : Une refondation s’impose
17 mai 2007 - 21h33 - Posté par

cher al de toulouse, c´est pourquoi il faut dans ce nouveau parti gauche en france (si tous les gauchistes ou une partie sont d´accord) voir sur qu´elles valeurs on veut et on peut se rassembler , ici en allemagne on a dit etre AU MOINS antiliberal ; MAIS ON ACCEPTER TOUS LES GAUCHISTES et meme certains sociaux-democrates de gauche qui etaient au ps, notre but est d´accepter toutes les mouvances a gauche , combattre ensemble avec nos differences , et moi quand je defends un projet je me moque si les gens sont coco ou marxiste ou troskyste, ceux qui viennent c´est ok. Personnellement je prefererai le parti gauche europeenne , mais la gauche perd toujours du temps et on a vu qu´il vaut mieux avoir un parti (avec des plattes-formes) mais SANS AILE sinon on a le modele francais ! , que des partis (sans platte-formes) , bien sur etre aussi dans attac et syndicat , amnistie internationale, green peace, etc a chacun de voir ses idees. salut un gauchiste encarte die linke (pds et wasg deviennent en juin 2007 = die linke=la gauche ) NOUS VOUDRIONS "AIMERIONS"-RASSEMBLER TOUT CE QUI EST A GAUCHE, en francais on dit : "l´espoir c´est ce qui meurt en dernier ! " j f dieux


La déroute identitaire des forces de gauche : Une refondation s’impose
18 mai 2007 - 01h01 - Posté par

cher jf dieux,
je suis entièrement d’accord avec vous qu’il faut que la gauche s’unisse, c’est clair comme de l’eau de roche que si l’union ne se fait pas on en restera toujours au même point , le problème est qu’il faut vraiment le vouloir , pour cette dernière élection il m’aurait été égal de voter pour n’importe quel dirigent qui serait sorti des votes du collectif anti libéral ,mais je crois que beaucoup n’ont pas joué le jeu, le premier ayant été BOVE qui a de suite dit qu’il ne fallait pas un dirigent de parti ,ensuite BESANCENOT a voulu jouer perso, quand MARIE GEORGE BUFFET est sortie première des votes BOVE est parti en disant qu’il ne fallait pas un dirigent de parti il visait MARIE GEORGE ? et qu’il fallait le double consensus (sachant bien que c’était irréalisable ) ensuite il a dit qu’il serait disponible si MARIE GEORGE ET BESANCENOT se retiraient pour finalement se présenter sans avoir eu aucun vote (il etait en minorité mêmer dans son collectif)ni aucun consensus etsans le retrait des deux autres ce qui me fait dire qu’il y a eu connivence pour détruire le parti communiste et même par certains communistes et non des moindres ? bien sûr il faut être unis mais pour celà il faut que se soit sans apriori, et je vois mal en ce moment une union quand il subsiste encore malgré les concessions qu’a fait le parti communiste et qui est le seul a avoir fait son autocritique une suspicion avec lui,vous voyez bien que tous frappent sur les communistes même le soit disant DANY LE ROUGE ,IL EST VRAI QU’IL N’AVAIT PAS ENCORE ASSIS SA SITUATION SOCIALE ! est un des plus virulents contre les communistes aussi je suis assez péssimiste sur cette union tant souhaitée mais hélas jusqu’à present irréalisable et comme toujours au dépend des pauvres mais il faut essayer et toujours essayer pour peut être enfin arriver au but final,je crois que Marie George a jouée le jeu de l’unité jusqu’au bout en proposant même une campagne unitaire avec tous les candidats sur la même estrade mais visiblement ce n’était pas le but recherché par les autres prétendants qui peut être voulaient la tête d’affiche. je veux quand même vous dire que je ne suis pas affilié à aucun parti ce qui me rend à l’aise pour parler de ceci.Fraternellement AL DE TOULOUSE


La déroute identitaire des forces de gauche : Une refondation s’impose
17 mai 2007 - 22h04

Certes, la gauche n’est pas dans le meilleur état qui soit.

Certes, la candidate PS n’était guère séduisante pour les classes populaires (à qui elle ne proposait rien...en dehors de rencontres et négociations entre "partenaires sociaux" ?!).

Mais cela n’explique pas tout.

La droitisation de la société française (dans les esprits) est un élément indiscutable. Jusque et y compris chez bon nombre de travailleurs. (Réhabilitation de l’individualisme, du profit, de la loi du marché, du mérite, etc).

La gauche gouvernementale y a largement contribué en son temps.

On voit les dégats aujourd’hui.

Il faut donc reconstruire autrement.



La déroute identitaire des forces de gauche : Une refondation s’impose
18 mai 2007 - 00h06 - Posté par

Et dire qu’en 2002 comme en 2007, c’était jouable, on pouvait parfaitement gagner. Un minimum de pragmatisme eût pu y arriver. La vacherie de l’Histoire c’est que l’erreur ne pardonne pas.

L’unité d’action est une des premières règles stratégiques. Si nous n’y sommes pas parvenus, c’est il est vrai que cette défaillance a un sens. Partis comme nous le sommes, chiche ! reperdons en 2012 !


La déroute identitaire des forces de gauche : Une refondation s’impose
19 mai 2007 - 16h50 - Posté par

Personnellement je pense que l´on doit etre dans un parti (sans parti que fait on , a l´UMP ils ne sont pas si bete que cela) (CELA NE M´EMPECHE PAS DE COMBATTRE POUR MES IDEES ; ET DE DIRE CE QUE JE PENSE MEME SI C´EST EN DESACCORD AVEC LE PARTI ; JE NE COMPRENDS CEUX QUI PENSENT QUE SI ON EST DANS UN PARTI ON EST PAS LIBRE DE DIRE CE QU´ON PENSE !) , et aussi dans toutes les organisations possible, grenpeace attac a i etc.. MOINS ON A D´ORGANISATIONS ET PLUS C´EST FACILE A GERER ; CELA NE VEUT PAS DIRE QUE DANS LE PARTI GAUCHE ON NE PEUT PAS FAIRE DES PLATTES-FORMES - AU CONTRAIRE. salut jf dieux





Les femmes manifestent contre « le remaniement de la honte » (vidéo)
samedi 11 - 20h52
de : nazairien
1 commentaire
Dans tous les cas TOUS EN GRÈVE ET EN MANIFESTATION LE 17 SEPTEMBRE
samedi 11 - 12h33
de : Laurent Brun
REMANIEMENT:CE QUE VOUS N’ENTENDREZ JAMAIS, en toute démocratie, bien sûr !
samedi 11 - 10h17
de : joclaude
1 commentaire
La Sécurité sociale, l’assurance chômage et les retraites en danger !
samedi 11 - 09h12
1 commentaire
Çà suffit Mme Obono ! Un peu de sérieux !
samedi 11 - 08h17
de : Christian Delarue
2 commentaires
Je ne suis pas aussi blanc que j’en ai l’air...
vendredi 10 - 23h24
de : Christian Delarue
1 commentaire
Un p’tit coup de bourbon : Remaniement !
vendredi 10 - 15h10
de : joclaude
1 commentaire
La Cour des comptes pointe les errements et la gabegie de la filière nucléaire et de ses premiers de cordée
vendredi 10 - 05h47
de : coordi sud est via JYP
Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
1 commentaire
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
2 commentaires
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite