Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Sarkozy : Je ne suis pas un fasciste (même si j’en ai l’air)


de : The Independent
dimanche 6 mai 2007 - 11h15 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Sarkozy : Je ne suis pas un fasciste (même si j’en ai l’air)

dimanche 6 mai 2007 John Lichfield - The Independent

Après une semaine où ses opposants l’ont accusé de tout sauf de manger les bébés, Nicolas Sarkozy était tenu d’adopter un ton plus doux pour son dernier gros rassemblement électoral à Paris.

Sauf qu’il ne l’a pas fait ! Le candidat de droite a offert à une foule en délire de 20.000 personnes une tranche de "Sarko" classique - 80 minutes d’indignation en pointant du doigt le système politique auquel il a appartenu pendant 20 ans.

C’est vrai, M. Sarkozy, 52 ans, le candidat de droite à la présidence, a nié avec colère qu’il était un fasciste ou même un "nationaliste". Il a rappelé à la foule que le plus grand héros politique moderne de la France, Charles de Gaulle, avait aussi été accusé d’avoir des penchants fascistes et antidémocratiques. C’est vrai, M. Sarkozy a promis, s’il est élu, d’introduire une petite dose de représentation proportionnelle dans les deux chambres du parlement. C’est une vieille exigence des supporters de l’UDF, le parti centriste, qui détiennent la clé de l’élection de dimanche prochain.

Autrement, ce fut un spectacle intense de populisme contrôlé, appuyant sur tous les boutons de la colère et de l’indignation dans un pays qui a autant de ronchonnements que de fromages. M. Sarkozy a déclaré qu’il voulait être le "porte-parole de la France".

Il voulait tenir tête à tous ceux qui plument les Français, qui incluaient les "politiciens, les technocrates, les syndicalistes et les fraudeurs". Sans doute, M. Sarkozy ne se compte-t-il pas parmi les politiciens ?

C’était le langage de l’extrême droite populiste, au nom - a insisté M. Sarkozy - de la réforme consensuelle, pragmatique et libérale. M. Sarkozy n’est peut-être pas un fasciste mais il n’a pas peur d’en avoir l’air. C’est peut-être le secret de son succès mais ceci explique aussi pourquoi une grande partie de la France - et pas seulement à gauche - est effrayée par la perspective - et même la probabilité - d’une présidence Sarkozy.

Le rassemblement au Palais du rock et des sports de Bercy, à l’est de Paris, a donné le coup d’envoi de la dernière semaine de la campagne présidentielle, qui comprendra le débat télévisé très attendu entre M. Sarkozy et la candidate socialiste, Ségolène Royal, mercredi soir.

Bien qu’il ait été en tête dans les sondages d’opinion depuis la mi-janvier et bien qu’il ait fait un très gros score au premier tour, la semaine dernière, M. Sarkozy s’est retrouvé sur la défensive ces derniers jours. Mme Royal remonte dans les sondages. Elle est arrivée à 4 points de M. Sarkozy dans un sondage de la Sofres hier soir. L’internet en français est inondé de commentaires sur la nouvelle rupture sérieuse dans le mariage de Sarkozy et, pourtant, cette information n’est finalement toujours pas rapportée par les principaux journaux français ou à la télévision et à la radio.

Pire que tout pour M. Sarkozy, la première partie de la campagne de second tour s’est surtout concentrée sur le caractère et la personnalité du prétendant à l’Elysée.

L’ancien ministre de l’intérieur aime se décrire lui-même comme un homme d’action pragmatique, poussé par le bon sens, la moralité traditionnelle et les résultats. Ses opposants - à la fois Mme Royal et le centriste battu, François Bayrou - ont utilisé tous les moyens pour le dépeindre comme un homme sinistre et dangereux, qui pourrait détruire les libertés politiques et générer une opposition violente dans les rues et dans les banlieues multiraciales pauvres.

Les attaques les plus vicieuses sont venues de M. Bayrou, qui, par deux fois, a parlé de ce qu’il appelle le "goût de M. Sarkozy pour la confrontation et la menace". Bien qu’il ait officiellement refusé de soutenir Mme Royal, M. Bayrou est devenu son allié de fait contre M. Sarkozy au deuxième tour de la campagne.

Samedi, la gagnante socialiste et le centriste battu ont tenu un débat télévisé sans précédent dans un hôtel de Paris. Auparavant, ils avaient accusé tous les deux M. Sarkozy - sur de maigres preuves - d’avoir fait collusion avec ses riches amis de l’industrie des médias pour empêcher cette rencontre d’avoir lieu.

En l’occurrence, ce débat a été amical et essentiellement anodin. Mme Royal est apparue plus détendue que les semaines précédentes, montrant même son sens de l’humour. Lorsqu’un journaliste a demandé si elle et M. Bayrou pourraient "vivre ensemble", elle a dit : "Il s’appelle peut-être François, mais il ne faut pas exagérer..." Son partenaire et père de ses quatre enfants est [bien sûr] François Hollande, le dirigeant du Parti Socialiste.

Le fait même que Mme Royal ait été vue à la télévision souriante et plaisantant avec M. Bayrou pourrait lui donner un coup de pouce significatif dans les jours à venir. Les presque 7 millions de suffrages obtenus par M. Bayrou au premier tour décideront de l’issue de l’élection le week-end prochain. Environ 40% d’entre eux se sont tournés vers Mme Royal, selon les sondages d’opinions, et environ 30% vers M. Sarkozy.

Les autres 30%, environ, sont indécis ou ne sont pas sûrs s’ils se donneront la peine de voter une deuxième fois.

Dans deux sondages d’opinion hier, M. Sarkozy battrait Mme Royal dimanche prochain avec 5 points d’écart - 52,5% contre 47,5%. Dans un autre sondage, celui de la Sofres, son avance était tombée à 4 points : 52-48. Il y a une semaine, l’avance de M. Sarkozy était de 8 points.

30 avril 2007 - The Independent - Vous pouvez consulter cet article à : http://news.independent.co.uk/europ... Traduit de l’anglais par JFG-QuestionsCritiques

http://questionscritiques.free.fr/e...

....................................

Sarkozy : I am no fascist (even if I sound like one)

By John Lichfield in Paris

After a week in which his opponents accused him of everything but eating babies, Nicolas Sarkozy was bound to adopt a gentler tone for his last big election rally in Paris.

Except that he didn’t. The centre-right candidate gave a cheering crowd of 20,000 people a piece of vintage "Sarko" - 80 minutes of finger-jabbing indignation against the political system to which he has belonged for 20 years.

True, M. Sarkozy, 52, the centre-right candidate for the presidency, angrily denied that he was a fascist or even a "nationalist". He reminded the crowd that France’s greatest, modern political hero, Charles de Gaulle, had also been accused of having fascist, anti- democratic leanings. True, M. Sarkozy promised, if elected, to introduce a small dose of proportional representation into one of the two houses of the French parliament. That is a long-standing demand of supporters of the centrist UDF party who hold the key to Sunday’s election.

Otherwise, it was a high-octane performance of controlled populism, touching every button of anger and indignation in a country with as many grumbles as cheeses. M. Sarkozy said that he wanted to be the "spokesman for France".

He wanted to stand up to all those who fleeced the French people, which included "politicians, technocrats, trades unionists and fraudsters". Presumably, M. Sarkozy does not count himself as a politician.

This was the language of the extreme, populist right, in the name - M. Sarkozy insisted - of consensual, pragmatic, liberalising reform. M. Sarkozy may not be a fascist but he is not afraid of sounding like one. This may be the secret of his success but it also explains why a large part of France - and not just on the left - is scared of the prospect, even the probability, of a Sarkozy presidency.

The rally at the Bercy rock and sports venue in eastern Paris began a fascinating final week of the presidential campaign, including a much-awaited televised debate between M. Sarkozy and the Socialist candidate, Ségolène Royal on Wednesday night.

Although he has led the opinion polls since mid-January, and although he scored heavily in the first round last week, M. Sarkozy has been thrown onto the defensive in the past few days. Mme Royal has been creeping upwards in the polls. She came within four points of M. Sarkozy in a Sofres survey last night. Reports of a serious, new rift in the Sarkozy marriage still flood the French-language internet, although they have yet to be addressed at length in a mainstream French newspaper or on radio and television.

Worst of all for M. Sarkozy, the overwhelming focus of the first half of the second-round campaign has been the character and personality of the contender.

The former interior minister likes to portray himself as a pragmatic man of action, driven by common sense, traditional morality and results. His opponents - both Mme Royal and the defeated centrist, François Bayrou - have used fair means and foul to paint him as a sinister and dangerous man, who could destroy political liberties and generate violent opposition on the streets and in the poor, multi-racial suburbs.

The most vicious attacks have come from M. Bayrou, who has twice spoken of what he calls M. Sarkozy’s "taste for confrontation and menace". Although he has formally refused to back Mme Royal, M. Bayrou has become her de facto ally against M. Sarkozy in the second-round campaign.

On Saturday, the successful Socialist and the defeated centrist held an unprecedented TV debate in a hotel in Paris. They had previously both accused M. Sarkozy - on slender evidence - of colluding with his wealthy friends in the media industry to prevent the meeting from even taking place.

In the event, the debate was friendly and mostly uncontroversial. Mme Royal came over as more relaxed than she has done for weeks, even showing her sense of humour. When a journalist asked if she and M. Bayrou could "live together", she said : "Just because his name is François, you shouldn’t exaggerate ..." Her partner, and the father of her four children, is François Hollande, the leader of the Socialist party.

The very fact that Mme Royal was being shown on television smiling and joking with M. Bayrou could give her a significant boost in the next few days. The nearly seven million votes cast for M. Bayrou last Sunday will decide the outcome of the election next weekend. About 40 per cent of them have turned to Mme Royal, according to opinion polls, and about 30 per cent to M. Sarkozy.

Another roughly 30 per cent are undecided or unsure whether they will bother to vote a second time.

In two opinion polls yesterday, M. Sarkozy was shown beating Mme Royal next Sunday by five percentage points - 52.5 per cent to 47.5 per cent. In another poll, by Sofres, his lead was down to four points : 52-48. A week ago, M. Sarkozy led by 8 points.

http://news.independent.co.uk/europ...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Sarkozy : Je ne suis pas un fasciste (même si j’en ai l’air)
6 mai 2007 - 15h59

concernant l’utilisation des medias depuis plus d’un an la doctrine du fachisme est utilisée...
e






Les femmes manifestent contre « le remaniement de la honte » (vidéo)
samedi 11 - 20h52
de : nazairien
1 commentaire
Dans tous les cas TOUS EN GRÈVE ET EN MANIFESTATION LE 17 SEPTEMBRE
samedi 11 - 12h33
de : Laurent Brun
REMANIEMENT:CE QUE VOUS N’ENTENDREZ JAMAIS, en toute démocratie, bien sûr !
samedi 11 - 10h17
de : joclaude
1 commentaire
La Sécurité sociale, l’assurance chômage et les retraites en danger !
samedi 11 - 09h12
1 commentaire
Çà suffit Mme Obono ! Un peu de sérieux !
samedi 11 - 08h17
de : Christian Delarue
3 commentaires
Je ne suis pas aussi blanc que j’en ai l’air...
vendredi 10 - 23h24
de : Christian Delarue
1 commentaire
Un p’tit coup de bourbon : Remaniement !
vendredi 10 - 15h10
de : joclaude
1 commentaire
La Cour des comptes pointe les errements et la gabegie de la filière nucléaire et de ses premiers de cordée
vendredi 10 - 05h47
de : coordi sud est via JYP
Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
1 commentaire
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
2 commentaires
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite