Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Où sont passés tous les soldats ?


de : Daniel Patrick Welch
mercredi 7 septembre 2005 - 19h39 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 52.8 ko
"Vous connaissez l’année 1900-c’était il y a 60 ans
quand la mort surgit en hurlant de l’océan
la mort appelle, faut que j’y aille, c’est le moment"
Tom Rush, Wasn’t it a Mighty Storm

par Daniel Patrick Welch traduit par Fabrice Brunon

"Galveston avait une digue, simplement pour maintenir les eaux. Mais la marée monta et la ville fut engloutie sous les flots." L’ouragan le plus meurtrier de l’histoire des Etats-Unis fut responsable de la mort par noyade de près de 6000 personnes à Galveston au Texas, il y a un peu plus de cent ans ; une tragédie humaine immortalisée en 1960, dans la ballade mélancolique de Tom Rush.

Cependant, cet évènement ne fut pas seulement transmis de génération en génération par le folklore, il fut conservé religieusement sous la forme de chartes à travers le pays. Á cette époque, la tragédie en question tira la sonnette d’alarme et le gouvernement réalisa qu’une organisation à grande échelle pourrait bien être d’une aide précieuse en période de crise. Le gouvernement n’était pas simplement là pour mettre de l’huile dans les rouages du « progrès » afin que les Robber Barrons continuent à s’en mettre plein les poches. Le gouvernement serait éventuellement en mesure d’aider la population.

J’imagine que tout ne s’est pas déroulé comme prévu. Un siècle de progrès plus tard et la ballade est malheureusement toujours d’actualité. "Les trains à la gare étaient bondés/Une foule de gens quittant la ville/Les chevalets cédèrent devant la marée/Les trains ont tous déraillé." Tout en lisant ces lignes, imaginez-vous l’image de milliers de malheureux, coincés, nulle part où aller et sans moyen de locomotion, attendant le salut dans le Superdome, pendant que les eaux autour d’eux ne cessaient de monter ; certains, vieillards et infirmes, périssant à cause du manque de nourriture, d’eau, de soins médicaux et d’hygiène.

"La Mort, vos mains sont glaciales comme le fer/Je ne peux rien faire/Vous avez emmené ma mère/Et moi, qu’attendez-vous pour me faire taire ?" J’entends Tom Rush fredonner pendant que j’écris ces mots, mais le chagrin que je ressens à l’égard d’Harvey Jackson alors que la main de sa femme glissa loin de la sienne, n’est nullement soulagé par la mélodie. Comment se fait-il qu’après plus d’un siècle d’enseignement, tant de richesse et d’organisation ne soient pas en mesure d’atténuer la violence d’une telle tragédie ? Pour Harvey Jackson et ses enfants, personne n’aurait pu faire quoi que ce soit et les derniers mots de sa femme, de "prendre soin des enfants" n’en sont pas moins déchirants.

Ceci-dit, les officiels fédéraux furent abondamment critiqués pour la façon dont ils gérèrent le lendemain de la catastrophe et ils le méritent bien. Un de mes plus anciens souvenirs de la Garde Nationale est celui du blizzard de 1978, lorsqu’un détachement fut affecté au bout de notre rue afin d’empêcher la population d’emprunter les routes. On s’en moquait, on n’était même pas encore au lycée et en plus, où qu’on aille, on y allait à pied. Mais aujourd’hui, vu que les forces de la Garde Nationale sont en train de se battre en Iraq pour Bush, le même scénario est impensable. Cela fait deux ans que des rumeurs circulent sur des gouverneurs en colère, se hérissant devant l’effronterie des autorités fédérales, s’appropriant elles-mêmes le commandement des Gardes Nationaux de leur état. Le gouverneur du Connecticut fit appel à la justice pour stopper le redéploiement des avions de la Garde Nationale de son état. Les cyniques et les bellicistes ne voyaient vraiment pas l’usage qu’un gouverneur pouvait avoir d’un équipement si lourd. Pourquoi laisser pourrir ces avions au sol alors qu’ils sont tellement utiles à Bagdad ?

En effet, pourquoi ? La réponse déboula en force dimanche dans la matinée, rasant sur son passage, une grande partie des côtes de l’Alabama, du Mississipi et de Louisiane. Alors que les inondations commencèrent à remplir la cuvette qu’est la Nouvelle Orléans, des histoires émergèrent sur les coupes budgétaires des préparations en cas de catastrophe, sur les avertissements décrivant exactement ce scénario, émis il y a près de cinq ans et enfin, sur les membres de la Garde Nationale, dans l’incapacité de venir aider les sauveteurs, tout simplement parce qu’ils ont été renvoyés en Iraq.

Demandez à Robert Buras, le propriétaire de l’épicerie, Royal Street Grocery, cité dans le journal Times-Picayune : "Il faut que je rationne tout. Les gars de la Garde Nationale qui savent comment gérer les catastrophes comme les ouragans sont tous en Iraq. La vache, je veux qu’on me rende mes soldats !" Maintenant, quelques jours plus tard, trop tard pour sauver Dieu sait combien de personnes, les cyniques gravitant autour de Karl Rove remuent ciel et terre dans le but d’obtenir une aide militaire... et médiatique. Dieu merci, le président vient d’interrompre ses vacances ! Et voilà maintenant que la Garde Nationale jaillit de partout dans la ville submergée ; les fédéraux ont tenu une conférence de presse grincheuse et sur la défensive, afin de rassurer un public blasé : ils font de leur mieux. Bien sûr, il est tout à fait possible qu’ils disent la vérité, vu qu’une grande partie de ce qu’ils peuvent accomplir a été dilapidé dans la débâcle d’un quart de milliard de dollars qui s’appelle l’Iraq.

C’était drôle, quand même - enfin ça l’aurait été si ce n’était pas si exaspérant - de regarder ces voyous essayer de se défendre contre les critiques selon lesquelles, peut-être, le siphonnement illégal de ces milliards rend la gestion des catastrophes ici, au pays, un tantinet plus difficile. Michael Chertoff a regardé la caméra avec sincérité et a dit à la population que, "nous comprenons ce que vous êtes en train de vivre", si vous êtes coincés sur un toit, attendant de l’aide. Quelle connerie ! Ma tête se met à vibrer à l’écoute de ces dissonances cognitives et je me sens obligé d’éructer : "S’ils sont sur un toit à la Nouvelle Orléans, ils ne peuvent sûrement pas te regarder à la télé, pauvre crétin !" Bien sûr, je comprends que ce n’était qu’un stratagème : c’est à moi qu’il parlait, à nous tous, bien conscient que la colère générale est en train de monter, lentement mais sûrement, comme les inondations, les eaux d’égout et le nombre de morts. C’est une astuce vieille comme le monde, avoir l’impression d’éprouver de la sympathie pour ceux qui ne peuvent pas vous entendre, dans le but de gagner la sympathie de ceux qui le peuvent. Toutes ces campagnes de pub risibles, montrant des politiciens républicains en train de serrer des noirs dans leurs bras ? Ils savent parfaitement qu’il gèlera en enfer avant qu’ils obtiennent leurs votes, mais ils font en sorte de rassurer les petites bourgeoises de banlieue pour qu’elles puissent embarquer sur leur croisade politique raciste et cul béni ; tous ces dollars dépensés en conseils de relation publique s’avèrent être un bon placement ! Et ce n’est pas pour rien, n’importe qui ayant vu les séquences filmées sur les côtes ne manquera pas de remarquer que les victimes sont toutes bronzées.

Pendant ce temps là, le grand Manitou de la torture, Alberto Gonzalez, qui se fait également appelé Ministre de la Justice, divague sur le fait qu’il faut faire très attention aux organismes de charité frauduleux, sans parler des gens qui volent des couches et de la nourriture. Je m’attendais à ce qu’il dise que toute personne prise dehors après le couvre-feu serait forcée de se tenir sur une boite pendant deux jours, cagoulée et les partie génitales attachées avec du fil barbelé. Au plan suivant, on passe sur le maire de San Antonio qui propose l’aide de sa ville. Putain, c’est quoi ce délire ? Qu’est ce que le maire de San Antonio fout à la télé, en train de parler de l’Armée du Salut et de la Croix Rouge ? C’est très gentil de sa part de vouloir aider, mais est-ce parce que nous avons le budget fédéral le plus lourd de l’histoire, que les villes en ruine, dont les systèmes d’irrigation, les routes et les ponts sont littéralement en train de crouler sous le poids de la négligence fédérale, peuvent faire le boulot du gouvernement fédéral ? S’il y a un objectif (bien sûr, je ne dis pas qu’il y en a un) à avoir un budget militaire si monstrueux et une armée si immense, n’est-ce pas pour ceci, justement ?

Mais, bien sûr, c’est le programme néoconservateur qui marche à merveille. En affamant la bête, comme on dit, on peut laisser l’inefficace gouvernement fédéral se ratatiner et mourir. Bien sûr, l’infecte hypocrisie de cette idée est révélée par le gavage simultané du Pentagone, devenant obèse, à l’instar du foie malade des oies, élevées pour le foie gras. Aucun problème à ce niveau : c’est du tout bon, si vous pouvez anéantir la bureaucratie peu rentable (sauf le Pentagone) et remplir les poches de vos amis en même temps. La notion de "gâchis" n’est valable que pour les programmes qui n’enrichissent pas ces gens - déjà pourris de fric et qui contribuent généreusement aux campagnes électorales - comme les programmes dont le but est d’aider les populations.

Il y a une autre chanson qui me trotte dans la tête, une qui se lamente sur l’intransigeance fédérale durant l’époque précédent Hoover. "Président Coolidge est arrivé en train/accompagné d’un petit gros, un carnet à la main/Mr le Président a dit : petit gros, c’est pas fou/ce que la rivière a fait à ces pauvres bougres sans le sous." De toute façon, ce sont principalement les gens dans la pauvreté, qui meurent dans les désastres naturels. Mais le vrai petit gros (je n’arrive pas à croire que Karl Rove était bébé quand Randy Newman a couché ces mots sur le papier) est bien conscient que le président ne peut pas donner cette impression de sans cœur. Cependant, les actes (ainsi que les budgets et les priorités) en disent plus long que les mots. Cent ans plus tard, les deux guerres mondiales et le nombre incalculable de tragédies auraient pu nous enseigner des leçons différentes de celles que nous avons apparemment apprises. Un siècle à construire sur des marécages, pendant que les promoteurs se moquaient des écolos. Combien de vies, ces marécages, agissant comme amortisseurs naturels, auraient-ils pu sauver cette semaine ? Au lieu de cela, nous sommes revenus au temps où le rôle du gouvernement était de faciliter le transfert des richesses dans les mains des riches. Et le refrain de la chanson de Newman constitue une coda, sinistre mais parfaitement appropriée à l’introduction de Tom Rush : "Louisiane. Louisiane. On essaye de nous faire disparaître/on essaye de nous faire disparaître.."



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Où sont passés tous les soldats ?
8 septembre 2005 - 23h36

je suis en france, au pays de camargue, à lunel, près de montpellier. J’ai pu rouler cet après-midi en centre ville et j’ai vu des maisons menacées par les inondations, avec des planches, des coussins de fortune, et des regards de gosses. encore ceux qui déjà souffrent, puis-je leur parler de ce qui s passe aux états unis où on laisse des gens mourir ; simplement parcequ’ils ne sont pas utiles dans l’économie de bush ? j’ai mal au coeur. pour les jeunes soldats qui ne se sentent plus utiles en irak, et pour ceux qui crient en attendant la mort..






Ici mieux qu’ailleurs...
lundi 25 - 11h24
de : Hulk
1 commentaire
Bagnols sur cèze (30 Gard) : les raisons d’un incendie.
lundi 25 - 04h24
de : L’iena rabbioso
Fier d’être un minimaliste vaincu !
dimanche 24 - 18h05
de : Claude Janvier
1 commentaire
Violences policières : nier, nier, il en restera toujours quelque chose
dimanche 24 - 18h04
ACHÈVEMENT D’UN MONDE INVIVABLE
dimanche 24 - 17h24
1 commentaire
La liberté d’expression en net progrès aujourd’hui à Angers
samedi 23 - 21h36
de : Le CERCLE 49
Que sait-on des navires iraniens qui arriveront au Venezuela ?
samedi 23 - 17h50
de : joclaude
1 commentaire
Un monarque s’en inspire d’un autre ! Des accusations fusent !
samedi 23 - 16h17
de : joclaude
La chenille qui redémarre.
vendredi 22 - 16h14
de : L’iena rabbioso
Le concept de peuple-classe dans ATTAC Démocratie
vendredi 22 - 11h59
de : Christian DELARUE (ATTAC Démo)
1 commentaire
TRUMP, président ou gangster : La paix du monde en danger ?
vendredi 22 - 11h30
de : joclaude
Licenciements, où en est-on ?
vendredi 22 - 10h41
Urgence sociale
vendredi 22 - 02h09
de : Martine lozano
Le 21 mai 1871 débutait la Semaine sanglante
jeudi 21 - 22h00
de : Le pouvoir est maudit
2 commentaires
Appel à agir contre la réintoxication du monde !
jeudi 21 - 16h41
de : jean1
1 commentaire
Pas la haine du voleur de vélo.
mercredi 20 - 23h17
de : Christian DELARUE
Opération mangouste - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 18h38
de : Hdm
Astuces patronales pour un monde d’après, pire qu’avant !
mardi 19 - 07h48
2 commentaires
La contestation mise au ban
lundi 18 - 23h02
de : Le CERCLE 49
la macronie en dessin
lundi 18 - 12h19
de : jean1
CONVERGENCE DES LUTTES : Vers une fusion des syndicats patronaux CFDT MEDEF ?
dimanche 17 - 23h03
de : Viktor Yugov
4 commentaires
Même pas mort.
dimanche 17 - 11h06
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Dans l’ESS, RTT et autres progrès
dimanche 17 - 00h08
de : Christian DELARUE
Et si on essayait la démocratie... pour voir ?
samedi 16 - 19h43
de : Le Cercle 49
15 mai 1948 / 15 mai 2020 : 72 ans de résistance jusqu’à la libération !
samedi 16 - 18h21
de : Jean Clément
Arrestations à Bologne
samedi 16 - 17h24
de : jean1
1 commentaire
Déconfiture - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 16 - 10h02
de : Hdm
Entre deux flics, la lutte s’est déconfinée dès le 11 mai un peu partout en France
vendredi 15 - 23h56
de : La Gazette des confiné·es
1 commentaire
Coronavirus dans les abatoirs
vendredi 15 - 23h13
de : azard
1 commentaire
Lettre ouverte de Léon Landini à François Ruffin.
vendredi 15 - 17h11
de : jodez
Philippe Martinez : « Gouvernement et patronat confondent la solidarité avec la charité.
vendredi 15 - 16h19
de : JO
Ce n’est pas avec des médailles qu’on résoudra les problèmes de l’hôpital
vendredi 15 - 11h23
de : JO
Création du CNNR : Conseil National de la Nouvelle Résistance
jeudi 14 - 22h12
Le capitalisme ne va pas s’effondrer tout seul, il faut s’en préoccuper !
jeudi 14 - 15h22
de : Eve76
2 commentaires
32 HEURES : ET SI C’ÉTAIT LE MOMENT ?
mercredi 13 - 20h56
de : Ch Delarue
Crise sanitaire sous contrôle ouvrier à la coopérative Scop-Ti
mercredi 13 - 10h11
1 commentaire
AU NORD DE L’ÉCONOMIE - Des Corons au coworking
mercredi 13 - 07h47
de : Ernest London
1 commentaire
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
mardi 12 - 23h36
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Ligue des Droits de l’Homme Toulouse : Communiqué.
lundi 11 - 16h36
de : joclaude
Je télétravaille, tu télétravailles, le patron profite !
lundi 11 - 08h14

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite