Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
de : Miguel Campos
lundi 18 novembre 2019 - 15h24 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Que s’est-il passé en cette fin octobre et début novembre 2019 ? Un conflit entre une grosse minorité des membres fondateurs (4 personnes) et une petite majorité (5 personnes) de notre groupe mémoriel.

Une exposition sur la mémoire et l’exil (80e anniversaire de la Retirada) se préparait avec une trentaine d’artistes dans les locaux de l’institut Cervantès de Paris – institution espagnole qui ignorait notre existence jusqu’alors. Fin septembre, l’une des membres préparant ce chantier s’est vue éjectée, en silence et sans explication, du groupe de travail.

Les trois personnes chargées de la récolte des textes, mise en page, corrections et suivi d’impression des panneaux roll-up, affiche et catalogue se sont brutalement trouvées confrontées à une contradiction classique : le ministère de la Justice du royaume d’Espagne, trouvant nos réalisations intéressantes sur le sujet, avait décidé d’aider financièrement trois projets 2019, sans aucune sollicitation de notre part (une souscription auprès des ami-e-s de notre association avait déjà répondu à nos angoisses financières) : fresque sur la Nueve, exposition à Paris, exposition à Madrid, catalogue).

Subitement, en contrepartie de cette aide, nous devions faire figurer sur la fresque le logo du ministère espagnol de la Justice agrémenté de la couronne. Cela avait suscité, en juillet, quelques débats dans l’association, que nous avions surmontés avec unanimité et abstentions amicales, comme c’était notre coutume : le logo « 80 aniversario », flanqué d’un logo réduit dudit ministère, figure donc au bas de la fresque, à deux pas du square « Federica Montseny », inauguré le même jour du 24 août 2019.

La ministre de la Justice Dolores Delgado était venue honorer à la fois la mémoire des hommes de la Nueve et de l’ancienne ministre anarchiste de la République. L’hommage du vice à la vertu – autrement dit de la monarchie déchue de 1931 à la République assassinée de 1939 – était déjà un paradoxe, mais il nous semblait bon à prendre.

Nous ignorions, alors – à l’exception notable de notre présidente – que ladite ministre de la Justice avait quitté brusquement un hommage aux victimes de Mauthausen, le 5 mai, parce qu’une oratrice catalane expliquait que la plaque d’hommage aux morts espagnols avait été inaugurée en 2017 par un représentant de la Generalitat, absent pour raison d’emprisonnement politique « depuis 440 jours » (à cette date) **. Ce 24 août 2019, la ministre venait discourir devant le « Jardin des combattants antifascistes de la Nueve », à l’hôtel de ville de Paris ; elle allait alors énerver un peu la foule en osant déclarer qu’elle était persuadée que ces « hommes auraient certainement été fiers de la Constitution espagnole de 1978 » (qui stipulait entre autres que la mémoire serait désormais aphone et que les bourreaux égalaient les victimes).

En octobre, au moment, donc, de la préparation de l’exposition parisienne, la sentence d’un siècle de prison pour les Catalans indépendantistes tombait, comme au temps de la nuit du franquisme ; les polices nationales et catalane frappaient, blessaient et arrêtaient indistinctement hommes et femmes, jeunes et vieux protestant à Barcelone et d’autres villes catalanes contre cette sentence. Une émotion intense agitait de nouveau les membres de l’association, à l’idée de placer le logo ministériel « de la Justice », fût-elle socialiste, sur nos réalisations (emblème exigé, cette fois, pour tout paiement de l’obole promise). Après une unanimité spontanée des membres, nous cheminions vers la suppression de toute trace officielle du bailleur de fonds et une absence probable de chèque royal – ce qui nous affectait fort peu –, une probable annulation – la mort dans l’âme, mais fermes et solidaires – de l’exposition à l’institut Cervantès, une annulation de l’exposition de Madrid et, bien entendu, de tout futur partenariat.

En quelque sorte, nous retrouvions une liberté d’action que nous n’aurions jamais dû entacher…

En guise d’épilogue provisoire (Todo está « atado y bien atado* », maxime franquiste)

Par un mystère insondable à ce jour, un revirement de la petite majorité citée plus haut a brusquement rendu nécessaire de continuer comme s’il ne s’était rien passé d’important dans l’histoire récente de l’Espagne, sans avertir l’ensemble des artistes, prenant d’autorité la direction totale des affaires en cours : contrairement à notre coutume, aucune réunion n’était accordée pour décider à l’unanimité d’engager ce nouveau processus. Les téléphones sont restés muets : la présidente, Véronique Salou, a opposé un silence total aux appels des membres – jusqu’ici fraternel-le-s – et mené une classique prise de pouvoir aberrante et inexplicable.

Quatre jours avant le vernissage (5 novembre), une réunion « interne » était finalement « accordée » en catastrophe (explication : les fabricants du matériel d’information faisant partie de la « minorité », la « majorité » avait besoin de ce matériel). La réunion n’a pas constitué une ré-Union des membres fondateurs et fondatrices : les ricanements, les insultes et les cris (« C’est des traîtres ! », « De toute façon, ils ne foutent rien ! », « Saboteurs ! Escrocs ! ») ont jeté les minoritaires dans un camp supposé d’ennemis… La dérive misérable d’accaparement de pouvoir et de salissure du contradicteur se nourrit d’argent et de contacts privilégiés avec quelques « grands » de ce petit monde.

Une membre de la « minorité », ayant eu le front d’être présente au vernissage, a subi les menaces répétées du peintre Chica Ventura (« majorité ») et l’attitude hostile de ses ancien-ne-s compagnons et compagne affinitaires. Quelques artistes ont retiré leurs œuvres de l’exposition dès qu’ils ont compris le sujet du conflit. Les autres ne sont pas informés, la présidente détenant seule les contacts de l’ensemble et refusant de le faire : l’exposition étant une œuvre collective, les artistes auraient pu se positionner en toute connaissance, avant la date du vernissage…

Notre association est déchirée aujourd’hui, mais ce n’est pas le Parti socialiste espagnol qui a réussi à nous diviser, c’est l’opportunisme de la fraction « majoritaire ». Nous avons été méprisés et insultés par des personnes qui agissent uniquement dans leur propre intérêt, pour l’argent provenant du travail avec le gouvernement espagnol et pour la gloriole que procurent les rencontres avec des ministres et des diplomates. Au point d’oublier l’essence de notre lutte : rendre justice – sans concession – aux nôtres, aux républicains qui ont lutté pour changer ce monde de misère et d’exploitation.

Chacune, chacun sait désormais ce qu’il en est ; faites ce que bon vous paraît.

Salutations fraternelles de Cristine Hudin, Agnès Pavlowsky, Daniel Pinós et Serge Utgé-Royo, membres fondateurs de « 24 août 1944 » (« minoritaires »).

NB – Depuis 2018, les mêmes futurs « majoritaires » avaient longtemps opposé un silence à la demande des futurs « minoritaires » de monter une exposition « Mujeres libres » à Paris, prêtée par les compagnons et les compagnes de la FAL de Madrid (Fundación Anselmo Lorenzo, fondateur historique de la CNT). Après palabres et insistance, ils avaient finalement proposé de la « mal-loger » dans les couloirs d’un centre d’animation parisien, ce que la minorité dérangeante avait repoussé…

* « Tout est ficelé et bien ficelé » : formule attribuée à Franco, qui l’aurait prononcée au cours des dernières années de sa vie. Il voulait que tout soit prêt pour qu’après sa mort le régime lui survive, avec la mise en place de la famille royale actuelle, réglant ainsi par avance le souci des anciens bourreaux et une impossibilité de revenir sur le passé.

** Sur le brusque départ de la ministre Delgado, on trouve beaucoup d’infos sur internet… Et celle-ci : https://blogs.mediapart.fr/fred-cla...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
19 novembre 2019 - 09h17 - Posté par Nemo3637

Conflit déplorable mais logique quand on comprend les tenants et les aboutissants, l’attirance vers le Pouvoir de certains. Merci de nous tenir informé.
Tenez bon !






Prévision théatrale
jeudi 12 - 21h50
de : jean1
L’ Acentrale Radio de la grève
jeudi 12 - 16h55
de : jean1
R.N. la place à la tête de l’état est déjà occupée
jeudi 12 - 10h06
de : jean1
bourgeois, tremblez, ça n’fait que commencer ! C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 11 - 22h34
de : Hdm
1 commentaire
TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
1 commentaire
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
6 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Suffit-il de n'être jamais injuste pour être toujours innocent ? Jean-Jacques Rousseau
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite