Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Propriétaires terriens, industriels, ministre corrompu : qui sont les pyromanes de l’Amazonie brésilienne


de : bastamag
lundi 2 septembre 2019 - 22h22 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 497.4 ko

https://www.bastamag.net/Amazonie-i...

par Ivan du Roy 2.9.2019

Plusieurs incendies qui consument une partie de l’Amazonie ont été revendiqués par de gros propriétaires terriens brésiliens, en soutien à Bolsonaro et à leur « droit » à détruire la forêt. Une situation facilitée par les attaques contre les défenseurs de l’environnement, encouragées depuis la prise de pouvoir du dirigeant d’extrême-droite. Mais aussi par les clients achetant viandes et soja brésilien, dont la France. Décryptage.

Ils se sont coordonnés sur l’application Whatsapp pour mettre le feu à la forêt amazonienne. Dans l’État brésilien du Pará, 70 « fazendeiros » – des propriétaires terriens –, et des « grileiros » – des personnes spécialisées dans la falsification de titres de propriété pour s’accaparer illégalement des terres –, ont organisé, le 10 août, un « dia de fogo », un jour de feu. Ces incendies criminels ont été provoqués tout le long de la route BR 163, qui traverse cette partie de l’Amazonie, reliant les grands élevages et plantations plus au sud aux ports de matières premières situés sur les affluents de l’Amazone.

« Un énorme incendie a démarré autour d’une zone de forêt primaire. Le feu a été stratégiquement déclenché près de la forêt, pour que le vent pousse les flammes », décrivent les journalistes du site brésilien Globo Rural, qui ont révélé l’information. L’objectif des fazendeiros : manifester leur soutien au président brésilien Jair Bolsonaro – qui prône l’ouverture de larges zones de l’Amazonie à l’industrie minière ou à l’agrobusiness – et obtenir l’annulation de leurs amendes pour déforestation illégale.

Photo satellite de la Nasa, prise le 11 août 2019. En violet au centre : la route BR163 dans la zone de Novo Progresso (Pará). Les points rouges, marqués par l’Institut brésilien de recherche spatiale, représentent les départs de feux.

Les alertes du ministère public ignorées

Des incendies similaires se sont déclenchés ailleurs, dans ces « zones frontières », le « front de la déforestation », là où l’industrie du bois, les gigantesques exploitations agricoles ou les compagnies minières grignotent inlassablement la forêt amazonienne, dévastant les territoires où vivent les communautés autochtones et la biodiversité. Le résultat a dépassé toutes les espérances des pyromanes : « Les satellites montrent d’énormes colonnes de fumée qui émanent de ces zones de frontières agricoles, telles que Novo Progresso, la région de Terra do Meio, dans l’état du Pará, et le sud-est de l’État d’Amazonas », explique Douglas Morton, responsable d’un laboratoire de recherche à la Nasa [1].

Selon le scientifique, la densité des colonnes de fumées repérées par les photos satellites s’expliquerait par l’utilisation importante de carburants, aspergés dans les zones de départ de feux, dans le but de créer un incendie assez puissant pour se propager dans la forêt tropicale humide. Une dizaine de jours plus tard, les image de la forêt amazonienne en flammes font le tour du monde, suscitant une grande émotion, provoquant même un incident diplomatique entre le président français Emmanuel Macron et son homologue brésilien.

Les autorités brésiliennes étaient au courant de la préparation de ce « jour de feu », révèlent également les journalistes de Globo Rural. Le 7 août, soit trois jours avant son déclenchement, le ministère public fédéral – les magistrats qui agissent au nom de l’État fédéral – alerte les services du ministère de l’Environnement : « La manifestation des producteurs ruraux, si elle est réalisée, entraînera de graves violations de l’environnement pouvant même échapper à tout contrôle et empêcher l’identification de leur responsabilité individuelle et collective », prévient l’institution. Le responsable local de l’Ibama, l’équivalent de l’Office national des forêts, leur répond qu’ils ne sont pas en mesure d’intervenir, à cause de trop grands « risques pour la sécurité » de leurs équipes sur le terrain. Les inspecteurs de l’Ibama ont d’ailleurs demandé « l’appui de forces de sécurité nationale » pour se rendre sur place [2]. La demande a été ignorée par le ministre de la Justice, Sergio Moro. Rien ne sera donc fait pour empêcher les pyromanes de passer à l’action.

Ricardo Salles, ministre de la lutte contre l’environnement

Est-ce bien étonnant au regard de la politique menée par le président Jair Bolsonaro, et au vu du profil de son très controversé ministre de l’Environnement, Ricardo Salles ? Depuis qu’il est arrivé au pouvoir, en huit mois, le gouvernement Bolsonaro a amputé les administrations et institutions environnementales de leurs budgets en matière de prévention et de lutte contre les crimes écologiques. L’Ibama, en charge de la surveillance des forêts, a ainsi subi une coupe de plus d’un tiers de son budget. Les amendes délivrés aux responsables de déforestation illégale ont chuté d’un quart. L’Institut Chico Mendes, en charge de la conservation de la biodiversité, a également perdu 20 % de ses financements pour ses actions visant à combattre les incendies. Le 29 août, Jair Bolsonaro a signé un décret interdisant les brûlis – le fait de brûler broussailles et végétations sur des zones destinée à être cultivées – pendant deux mois. Reste à voir si l’administration brésilienne sera en mesure de le faire respecter. Quant au ministre de l’Environnement, Ricardo Salles, son CV laisse perplexe. Il a été condamné, en décembre 2018, pour fraude… environnementale. Alors qu’il était en poste au sein de l’État de São Paulo, il aurait favorisé l’implantation d’industries minières dans des zones protégées (l’affaire sera rejugée en appel). Il fait aussi l’objet d’une enquête lancée en juillet pour enrichissement illicite. Sa fortune personnelle a plus que triplé en cinq ans. En tant que ministre, il a à plusieurs reprises menacé des fonctionnaires travaillant pour les agences environnementales et affaibli les espaces consultatifs où siègent les organisation non gouvernementales. Pendant la campagne pour l’élection des députés au Parlement fédéral, le candidat Ricardo Salles suggérait, dans son affiche électorale, d’assassiner les paysans sans terres (qui, dans l’attente d’une réforme agraire, occupent régulièrement des terrains inutilisés par de gros propriétaires fonciers). De quoi donner un solide sentiment d’impunité à ceux qui rêvent de raser la forêt amazonienne, et ses habitants.

photo : L’affiche électorale de l’actuel ministre brésilien de l’Environnement, lors de sa candidature comme député en 2018 : « Contre la peste du sanglier, contre la gauche et le MST (Mouvement des sans terres, ndlr), contre le vol de tracteurs et de bétail, contre le banditisme », des balles... 57 défenseurs de l’environnement tués au Brésil en 2017 La zone autour de la ville de Novo Progresso (« Nouveau Progrès »...) est, comme d’autres « zones frontières », particulièrement dangereuses pour les défenseurs de l’environnement ou les fonctionnaires chargés de lutter contre la déforestation illégale. Les équipes de l’Ibama doivent y être escortées par des policiers fédéraux lourdement armés. En 2017, le Brésil a hérité du triste record du nombre de défenseurs de l’environnement assassinés dans le monde : 57 ont été tués, principalement dans le Pará et dans l’État qui le borde, au sud, le Mato Grosso. Dans l’esprit des propriétaires terriens, les éleveurs, les orpailleurs ou les bûcherons qui avancent dans l’Amazonie le long des routes fédérales, la forêt ne sert à rien. Elle serait aussi inutile que les communautés autochtones qui y habitent. Une fois ses ressources en bois exploitées, elle doit être rasée pour laisser la place à des activités plus « productives » et lucratives : l’élevage de bœufs et la culture de soja.

Le Brésil compte plus de 215 millions de têtes de bétail, dont 40% paissent désormais en Amazonie, sur des terres déboisées. Le nombre de bêtes broutant les anciennes forêts primaires désormais transformées en pâturages a quasiment doublé en vingt ans. Selon un rapport du ministère public fédéral, l’élevage bovin occupe 80% de la superficie déboisée de la région. La « Terra do meio » – la « terre du milieu » – autour de la ville de São Félix do Xingu, au Pará, abrite le plus grand troupeau de bovins du pays, avec 2,2 millions de têtes !

Empires de la viande et du soja

Le géant mondial de la viande, le brésilien JBS, y est d’ailleurs accusé d’avoir acheté du bétail à des éleveurs et entreprises condamnés pour déforestation illégale. C’est ce qu’a révélé en juillet une enquête menée conjointement par le site brésilien Reporter Brasil et le quotidien britannique The Guardian. JBS est l’un des plus gros producteurs de viandes au monde (3,2 milliards d’euros de bénéfices en 2018, 230 000 employés dans le monde). Très implanté aux États-Unis ou en Australie, là où le bœuf boosté aux hormones est autorisé, JBS possède en Europe quelques sites d’élevage de volailles et quelques usines de transformation, dont une en France. Sa filiale, Moy Park Beef Orléans, y produit des steaks hachés, notamment pour McDonald’s.

« Près d’un steak haché surgelé sur cinq élaboré en France sort aujourd’hui de son site de Fleury-les-Aubrais » en périphérie d’Orléans, communique Moy Park. L’entreprise assure se fournir en viande exclusivement en France et en Europe. Il y a deux ans, le fondateur de JBS a dû reprendre les rênes de son « empire agro-alimentaire », ses deux fils et nouveaux dirigeants, Joesley et Wesley Batista, ayant été incarcérés pour corruption, au profit de l’ancien président intérimaire Michel Temer. Les élevages de bœufs fournissent aussi du cuir. Plusieurs marques textiles – comme Timberland ou The North Face – ont d’ailleurs annoncé qu’elles envisageaient de boycotter la filière brésilienne.

photo Débarquement d’un cargo de soja brésilien dans le port de Saint-Nazaire / © Laurent Guizard pour Basta !

Les plantations de soja remontent également vers l’Amazonie. Le Brésil est en passe de supplanter les États-Unis en tant que premier producteur mondial de soja, dont 95 % est OGM. Le Mato Grosso, au sud du Pará, en est le premier pourvoyeur avec 30 millions de tonnes récoltées l’année dernière. Nécessaire pour nourrir les troupeaux de bovins brésiliens, en croissance exponentielle, le soja est aussi exporté vers la Chine, principalement, puis l’Union européenne.

Le « boom » du soja commence ainsi à sérieusement grignoter la forêt. « En 2018, le ministre de l’Environnement de l’époque a publié une étude révélant que les plantations de soja occupent illégalement 47 300 hectares de forêt déboisée en Amazonie - une augmentation de 27,5% par rapport à la récolte précédente », note Reporter Brasil [3]. Ce soja « pirate » issu de la déforestation illégale a notamment été exporté vers la Norvège pour nourrir des saumons d’élevage.

Le Brésil premier fournisseur de soja à la France

Le soja brésilien débarqué dans les ports européens est principalement destinés à l’alimentation animale : les élevages industriels de volailles, de porcs, les vaches laitières, les bœufs pour la viande et les poissons d’élevages. Et la France ? Elle importe environ 2 millions de tonnes de soja brésilien chaque année, ce qui fait du Brésil son premier fournisseur. Ce soja provient principalement des plantations du Mato Grosso, qui commencent à s’étendre vers l’État amazonien du Pará.

Il est importé par les géants du trading de matières premières, les états-uniens Cargill et Bunge ainsi que le français Louis Dreyfus, puis acheté par des coopératives agricoles ou des entreprises agro-alimentaires. Du côté de la grande distribution et des grands groupes français, rares sont ceux qui cherchent à savoir si le soja brésilien qu’ils achètent provient, ou non, de la déforestation illégale. Seuls Carrefour, Danone ou le groupe laitier Bel disent commencer à y être vigilants, selon le rapport publié en mars dernier par trois organisations non gouvernementales (Mighty Earth, France nature environnement et Sherpa).

photo Manifestation pour l’Amazonie, à Rio de Janeiro, le 25 août 2019 / CC Midia Ninja

Au regard des projets du gouvernement de Bolsonaro pour industrialiser l’Amazonie, tout cela n’est sans doute que le début. Selon les documents révélés par le site OpenDemocracy, Bolsonaro et son gouvernement projettent de prolonger, via un pont géant sur le fleuve Amazone, la route BR163 bien plus au nord, cette fois dans des zone vierges de toute activité humaine, en dehors des peuples autochtones qui y habitent. Les communautés, les organisations de la société civile ou les élus qui s’opposeront à ces projets seront considérés comme des ennemis intérieurs. On comprend pourquoi, le 21 août, le président Bolsonaro, sans aucune preuve ni citer leurs noms, a accusé les « ONG » d’avoir elles-mêmes mis le feu à l’Amazonie, pour « attirer l’attention contre moi, contre le gouvernement du Brésil ».

Ivan du Roy

En apprendre davantage :

 Polluées, menacées, déplacées : ces communautés amazoniennes aux prises avec des multinationales européennes

 Comment des pesticides interdits en Europe se retrouvent dans nos jus, notre café et nos assiettes via le Brésil

 Le rapport de Greenpeace publié en juin 2019 : Mordue de viande. L’Europe alimente la crise climatique par son addiction au soja

 Le Rapport de Mighty Earth , France Nature Environnement et Sherpa en mars 2019 : Devoir de vigilance et déforestation : le cas oublié du soja Notes [1] Interrogé par le quotidien brésilien Folha de São Paulo. [2] Voir leur réponse, et l’alerte du MPF (en portugais). [3] Vous pouvez lire une version traduite de l’article sur le site de l’association Autres Brésils.

&&&&&&&&&&&&&&

autres articles en rapport :

opendocument text - 46.3 ko
L amazonie brûle toujours


Imprimer cet article





Ici mieux qu’ailleurs...
lundi 25 - 11h24
de : Hulk
Bagnols sur cèze (30 Gard) : les raisons d’un incendie.
lundi 25 - 04h24
de : L’iena rabbioso
Fier d’être un minimaliste vaincu !
dimanche 24 - 18h05
de : Claude Janvier
1 commentaire
Violences policières : nier, nier, il en restera toujours quelque chose
dimanche 24 - 18h04
ACHÈVEMENT D’UN MONDE INVIVABLE
dimanche 24 - 17h24
1 commentaire
La liberté d’expression en net progrès aujourd’hui à Angers
samedi 23 - 21h36
de : Le CERCLE 49
Que sait-on des navires iraniens qui arriveront au Venezuela ?
samedi 23 - 17h50
de : joclaude
1 commentaire
Un monarque s’en inspire d’un autre ! Des accusations fusent !
samedi 23 - 16h17
de : joclaude
La chenille qui redémarre.
vendredi 22 - 16h14
de : L’iena rabbioso
Le concept de peuple-classe dans ATTAC Démocratie
vendredi 22 - 11h59
de : Christian DELARUE (ATTAC Démo)
1 commentaire
TRUMP, président ou gangster : La paix du monde en danger ?
vendredi 22 - 11h30
de : joclaude
Licenciements, où en est-on ?
vendredi 22 - 10h41
Urgence sociale
vendredi 22 - 02h09
de : Martine lozano
Le 21 mai 1871 débutait la Semaine sanglante
jeudi 21 - 22h00
de : Le pouvoir est maudit
2 commentaires
Appel à agir contre la réintoxication du monde !
jeudi 21 - 16h41
de : jean1
1 commentaire
Pas la haine du voleur de vélo.
mercredi 20 - 23h17
de : Christian DELARUE
Opération mangouste - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 18h38
de : Hdm
Astuces patronales pour un monde d’après, pire qu’avant !
mardi 19 - 07h48
2 commentaires
La contestation mise au ban
lundi 18 - 23h02
de : Le CERCLE 49
la macronie en dessin
lundi 18 - 12h19
de : jean1
CONVERGENCE DES LUTTES : Vers une fusion des syndicats patronaux CFDT MEDEF ?
dimanche 17 - 23h03
de : Viktor Yugov
4 commentaires
Même pas mort.
dimanche 17 - 11h06
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Dans l’ESS, RTT et autres progrès
dimanche 17 - 00h08
de : Christian DELARUE
Et si on essayait la démocratie... pour voir ?
samedi 16 - 19h43
de : Le Cercle 49
15 mai 1948 / 15 mai 2020 : 72 ans de résistance jusqu’à la libération !
samedi 16 - 18h21
de : Jean Clément
Arrestations à Bologne
samedi 16 - 17h24
de : jean1
1 commentaire
Déconfiture - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 16 - 10h02
de : Hdm
Entre deux flics, la lutte s’est déconfinée dès le 11 mai un peu partout en France
vendredi 15 - 23h56
de : La Gazette des confiné·es
1 commentaire
Coronavirus dans les abatoirs
vendredi 15 - 23h13
de : azard
1 commentaire
Lettre ouverte de Léon Landini à François Ruffin.
vendredi 15 - 17h11
de : jodez
Philippe Martinez : « Gouvernement et patronat confondent la solidarité avec la charité.
vendredi 15 - 16h19
de : JO
Ce n’est pas avec des médailles qu’on résoudra les problèmes de l’hôpital
vendredi 15 - 11h23
de : JO
Création du CNNR : Conseil National de la Nouvelle Résistance
jeudi 14 - 22h12
Le capitalisme ne va pas s’effondrer tout seul, il faut s’en préoccuper !
jeudi 14 - 15h22
de : Eve76
2 commentaires
32 HEURES : ET SI C’ÉTAIT LE MOMENT ?
mercredi 13 - 20h56
de : Ch Delarue
Crise sanitaire sous contrôle ouvrier à la coopérative Scop-Ti
mercredi 13 - 10h11
1 commentaire
AU NORD DE L’ÉCONOMIE - Des Corons au coworking
mercredi 13 - 07h47
de : Ernest London
1 commentaire
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
mardi 12 - 23h36
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Ligue des Droits de l’Homme Toulouse : Communiqué.
lundi 11 - 16h36
de : joclaude
Je télétravaille, tu télétravailles, le patron profite !
lundi 11 - 08h14

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite