Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite, commenter l'article...

LA REPUBLIQUE DES RABUTCHIKS
de : Nemo3637
lundi 5 août 2019 - 20h21 - Signaler aux modérateurs

C’est la crise qui touche le capitalisme mondial qui génère une destructuration des institutions dans nombre de pays où les repères politiques traditionnels disparaissent tels la droite et surtout la gauche parlementaires. Nous ne reviendrons pas ici sur ses causes (1).

Le déclin des institutions dites démocratiques entraine à des situations où c’est une injustice flagrante qui est ressentie.

Le Président Macron envisage une rentrée mouvementée. Sirotant un cocktail du soir bien mérité compte tenu de mes libelles écrites contre lui, voyons un peu, par une approche par thèmes, où nous en sommes en France en cette courte période de trêve estivale, déjà animée par des incendies de toute sorte.

I. L’AFFAIRE STEVE CANICO ET L’ETABLISSEMENT D’UN POUVOIR POLICIER.

Compte tenu de la situation, du contexte social aujourdhui en France, le rôle et l’action de la police en ce 21 juin, fête de la Musique à Nantes, ne laissent pas de doute.

Il a fallu cinq semaines d’enquête pour que le gouvernement rende public un rapport de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) qu’il avait déjà sous le coude depuis un certain temps. Ce rapport d’une rare indigence, permet de dédouaner la police. Il a vite suscité l’indignation. Celle de maires, et des élus de l’opposition, mais plus généralement de toute une population.

Nous ne reviendrons pas sur ces faits eux-mêmes sinon pour dire que l’histoire sociale regorge malheureusement du sang des plus humbles, de ces morts survenant lors de charges policières ou de lancers de grenades. Même s’il devient lointain, beaucoup gardent en souvenir l’action des CRS au Métro Charonne en 1962 où plusieurs personnes moururent étouffées (2)

Mais le décès de Steve ne survient même pas lors d’une manifestation protestataire ; il s’agissait d’un rassemblement de jeunes lors de la fête de la Musique...

N’oublions pas le contexte et l’action des forces de police sous le gouvernement Macron qui dépasse en violence et de loin, tout ce qui a pu être fait en ce domaine dans les dernières cinquante années, en matière de répression. Usage de flash-balls - dénoncé internationalement par l’Onu et le Conseil de l’Europe -, de grenades de plusieurs types, manifestants pacifiquement assis aspergés à plein visage, à bout portant de gaz... Pourqoi une telle férocité de la part de celui qui, pour se faire élire, apparaissait en bisounours obamesque ?

L’atmosphère sociale s’est considérablement tendue depuis les protestations contre la Loi Travail. Elle devient celle d’une guerre civile qui se déroule même les jours de fête.

Les manifestations des Gilets Jaunes, à partir de novembre 2018, ont marqué un palier. Le pouvoir s’en est trouvé déconcertée, sans autre solution que la matraque.

Des centaines de blessés, des dizaines d’éborgnés au flash-ball, à la grenade GLI-F4, seulement utilisé en France... Sur les réseaux les exactions policières sont dénoncés (www.urgence-notre-police-ass...) en même temps que certains policiers, sous des pseudos, sur le net, se défoulent avec haine.

On en serait à « 860 signalements : 315 blessures à la tête, 24 éborgné·es, 5 mains arrachées ».

200 dossiers transmis à l’IGPN

« Depuis janvier, 45 policiers se sont même donné la mort. Mais le fossé se creuse avec les citoyens. « Une partie des policiers qui font du maintien de l’ordre ne sont ni formés, ni équipés, ni entraînés, donc ils font n’importe quoi », affirme David Dufresne. Cinq enquêtes sont désormais en cours pour comprendre les circonstances de la mort de Steve Maia Caniço, et plusieurs rassemblements sont prévus pour lui rendre hommage samedi. » (3)

Des dizaines de permanences d’élus sont régulièrement saccagées ou taguées depuis début 2019.

Les forces de l’ordre sont ainsi sur la brèche depuis des semaines, des mois, sans répit avec pour seules promesses d’être sans cesse mobilisées, insultées, attaqués, couverts d’excréments...

Affolé, le Pouvoir de plus en plus contesté,refusant de satisfaire les revendications, refusant même tout dialogue réel, semble toujours gouverner à vu, usant de manœuvres dilatoires, du déni, de subterfuges comme le « Grand Débat National » dont plus personne ne parle.

Manifestations, répression... Engrenage devenant inéluctable pour des gouvernants sans envergure Assemblée-chambre d’enregistrement des desirata de l’éxecutif, dont l’attitude des députés rappelle celle des courtisans de l’Ancien Régime . Combien de temps devrons nous supporter le joueur de poker mal rasé à l’oeil torve flanqué de son chaperon ? Il ne reste plus à Macron qu’une terreur dissuasive pour tenter de juguler les manifestations de mécontentements surgissant de tous côtés.

Un « deal » tacite devenait cependant inévitable avec les forces de l’ordre . Sur le terrain, en échange de leur présence et action continues, on ne pouvait que leur laisser les coudées franches avec une garantie d’impunité.

Et ainsi, rapidement, le pouvoir de répression a été entièrement délégué à l’institution policière elle-même, se substituant à un Exécutif affaibli, sans tête.

Quoiqu’il en soit ici, au bout du compte, posez-vous la question : avez-vous déjà vu des policiers condamnés a de la prison ferme pour avoir tabassé des manifestants ? Levez la main les poissons volants !

« Police partout, Justice nulle part » et maintenant de plus en plus : « Tout le monde déteste la police »... Simples invectives d’une poignée de gauchistes ?

II. L’AFFAIRE DE RUGY SIGNE DE L’AFFAIBLISSEMENT DU SYSTEME PARLEMENTAIRE.

A force d’être fragilisé, d’une affaire Benallah à une autre, l’exécutif s’emballe à la moindre menace d’une aile de papillon. Mauvaise conscience, mauvais mental !

Le rapport de Médiapart sur les « frasques » du Président de l’Assemblée Nationale à l’Hôtel de Lacey dénonçait certes une utlisation dévoyée des deniers publics. Mais dès le départ on restait loin d’un scandale à la Cahuzac. On imagine ce qu’aurait pu être la réponse d’un vieux briscard comme Edgar Faure (4) : « Des repas avec la famille et des amis dans les salons de l’Hôtel de Lacey ? C’est possible. Cela vous choque ? Bon s’il ne fallait pas le faire je m’en excuse... » Un haussement d’épaule et c’était fini.

Mais De Rugy lui, marchait sur des œufs. Comme Cahuzac il avait fait la morale, les gros yeux à ceux qui prétendaient à une deuxième assiétée, ou à du beurre dans leurs épinards.Tacheron besogneux mais discret, sans trop d’appuis mais avec opportunisme, il grimpait tranquillement les échelons de la réussite et du Pouvoir, devenant, à force de retournement de veste, le troisième personnage de la République. Au pays des aveugles....

Médiapart fait ses révélations. Dès lors les représentants de l’Assemblée aurait pu s’emparer de l’affaire, conseiller fermement De Rugy de « passer publiquement aux aveux » pour éteindre l’affaire. Il pouvait même, avec un peu d’habileté, argué d’un bilan positif concernant les économies réalisées au niveau de l’Assemblée et des élus. Au lieu de cela, ce fut comme à l’habitude, l’affolement qui prévalut aboutissant à s’enferrer dans le déni total. Attitude infantile dont Mediapart ne pouvait alors que s’en lécher les moustaches.

Ainsi donc, pour que les institutions, la bienséance « républicaine » soient respectées il est désormais nécessaire qu’un média, un journal, s’en mêle. Sans ces juges arbitres, souvent menacés, ce serait l’arbitraire absolu. L’Assemblée nationale n’existe plus. C’est l’Exécutif sans contre pouvoir qui décide de tout.

Ajoutons que les élus disposent de restaurants qui leur sont réservés, tel celui de l’Hôtel de Ville à Paris, où l’on mange très bien, où le lieu est propice à des rendez-vous d’affaires dans la discrétion. L’auteur de ces lignes peut en témoigner.

Et il y a bien sûr les restaurants en ville où bien des ministres se réunissent avec qui bon leur semble. A quoi bon vouloir « en mettre plein la vue » à l’Hôtel de Lacey ?

On en conclut surtout que le niveau d’intelligence de De Rugy n’était pas à la hauteur de ses ambitions...

III. LA CRISE DU SYSTEME DE SANTE.

Bien plus grave que les exagérations, les simagrées de De Rugy, la politique de santé du gouvernement Macron, montre plus que tout autre chose son inhumanité et son incompétence.

Tout le monde connait la situation. Et la hantise des patients les plus lucides est de se retrouver plusieurs jours, pratiquement abandonné, sur un brancard, dans le couloir d’un hôpital (5).

Et tout le monde connait aussi les remèdes. Il est évident qu’il faut plus de personnel. Plus de moyens pour déjà remettre en état ce qui ne fonctionne plus. Il faut arrêter de supprimer des lits, de fermer les hôpitaux . Les populations n’ont bien sûr que leur misère à montrer face aux statistiques et aux mensonges claironnées de Madame la Ministre ! (6).

La lâcheté des gouvernants est d’autant plus odieuse qu’ils savent que les personnels de santé ne peuvent pas vraiment s’arrêter de travailler. Ils devront soigner vaille que vaille. Alors leur grève, en réalité, en haut lieu, on s’en fout...

Absence de budget ? Taxer ne serait-ce qu’une faible partie des revenus des sociétés du CAC 40 et les problèmes de financement du budget de la santé seraient résolus.

La Santé ? Encore une facette du macronisme, suintante et puante.

Si l’on a une conscience, si l’on pense sérieusement aux présent et à l ’avenir de ceux qui nous sont chers, on se doit de manifester, de soutenir ceux qui se crèvent au boulot pour nous soigner, de bouter hors du pouvoir ceux qui nous nuisent !

IV. LA CRISE DU SYSTEME EDUCATIF

Il peut certes y avoir un problème budgétaire concernant les politiques de l’enseignement à mener. Cependant, en France il y a aussi un problème structurel. L’autonomie laissée aux établissements scolaires est très insuffisante, inexistante.

Les idées de réforme sont parfois bonnes mais achoppent toujours sur la réalité des moyens. Ainsi, il y a quelques années, on faisait grand bruit du « décloisonnement ». Ne pouvait-on pas mettre ensemble, des élèves de plusieurs classes différentes, pour suivre, par exemple, une séance d’éducation musicale ? Bonne idée sans doute qui se heurtait à une organisation compliquée à mettre sur place compte tenu de la carence en locaux, de leur exiguité.

En réalité, comme pour toutes les « réformes », il s’agissait de masquer l’absence de moyens, la mauvaise formation des maîtres et leur nombre insuffisant.

On peut certes critiquer leur formation mais pas la bonne volonté et le sérieux engagement des jeunes enseignants, plongés dans les classes les plus difficiles dès leur premier poste.

Il n’en est pas de même de la hierarchie. Ces dames et ces messieurs qui postulent pour des postes d’inspecteurs ou de conseillers pédagogiques, ne veulent pas ou ne veulent plus être devant des élèves. Combien d’entre eux me confiaient leur soulagement de ne pas avoir à enseigner !

Par contre ils diffusaient les directives du Ministère. Se rendaient-ils compte de l’impossibilité d’appliquer nombre d’entre elles ?

Cette conception du travail est choquante. Ayant travaillé à l’étranger, dans les pays anglo-saxons, je n’ai connu que très rarement des patrons ou des chefs d’atelier refusant de mettre la main à la pâte. Tout au contraire ils se devaient de montrer l’exemple à leur personnel. Il fallait faire ses preuves sur le terrain, montrer que telle technique était efficace...

Pour en revenir au système éducatif, osons une comparaison un peu caricaturale : un inspecteur n’ayant jamais enseigné serait comme le chef d’atelier des mécaniciens d’un garage n’ayant jamais réparé une voiture, tout en prétendant donner des conseils pour se faire.

Une autre bonne idée fut la mise en place pour chaque établissement scolaire du « Projet d’Ecole ». Chacun d’eux devait mettre sur pied un projet original même s’il se devait de rentrer dans le cadre de la politique générale des programmes du Ministère. Sauf qu’au bout du compte, ajouté au « projet de classe » lesdits projets tombèrent dans la routine de la bureau cratie sans que rien ne change ou ne soit ainsi amélioré.

En fait le « Projet d’Ecole » n’avait un sens que si chaque établissement acquérait une autonomie et particulièrement une autonomie dans le recrutement. Concrétement dès le mois de mai, l’établissement, s’il a besoin de recruter un prof, affiche son annonce avec la référence du Projet d’Ecole. Les nouveaux enseignants ou ceux qui sont à la recherche d’un poste peuvent choisir, dans la mesure des disponibilités, l’école qui peut leur convenir. Se constituent ainsi plus facilement ensuite les équipes éducatives, motivées par ledit projet d’école. C’est ainsi que cela fonctionne au Canada.

Des effectifs moins nombreux dans les classes... C’est une priorité. Enseigner dans une classe de 15 élèves est bien différent que d’en avoir 25 ! Quoiqu’en dise le gouvernement c’est malheureusement ce dernier chiffre qu’il faut retenir.

Nous ne faisons ici qu’effleurer le sujet, la crise du système éducatif ne se résout qu’en résolvant le problème global de la crise de la société elle-même. Emplois, revenus suffisants pour vivre, manque de débouchés, de formateurs, goulot d’étranglement, services sociaux...L’école n’est pas responsables de toutes les carences de la société. C’est cette dernière qu’il faut changer en priorité pour avoir une meilleure école.

Président Macron vous avez raison de craindre cette prochaine rentrée.

Vous êtes détestés par une large partie de la population toujours plus nombreuse et de plus en plus déterminée à vous chasser du Pouvoir, vous le mal élu, vous l’homme d’affaires à la parole facile, le protecteur de vos sicaires...

Qu’espérez-vous ?

Nemo, le 05/08/2019.

(1) https://lachayotenoire.jimdo.com/nemo/ Vous trouverez là, en plus de nombre de mes articles, « Krachs, spasmes et crise finale » essai qui permet de comprendre l’époque particulière de crises dans laquelle nous nous trouvons.

(2) En 1962, lors d’une manifestation pacifiste organisée par le Parti Communiste, les forces de l’ordre repoussèrent une masse de manifestants vers la bouche du métro Charonne où enserrés et suffoquant, certains y laissèrent ainsi la vie.

(3) Le magazine des Gilets Jaunes, juillet 2019.

(4) Edgar Faure (1908 – 1988 ), président du Conseil des ministres en 1952 et de 1955 à 1956, sous la IVᵉ République, encore ministre et Président de l’Assemblée Nationale sous la Ve République... Opportuniste peut-être, mais beaucoup plus intelligent que De Rugy ...

(5) On évoque certains patients restés 72 heures, soit 5 jours, sur un brancard dans les couloirs des urgences !...

(6) Les soignants en grève réclament "la création de 10 000 postes – infirmiers et aides-soignants – sur 550 hôpitaux en France", une hausse des rémunérations de 300 euros net par mois et"l’arrêt de la fermeture de services et de lits ainsi que d’établissements" (source « Le Parisien 13/06/2019).

Face à cela, la ministre de la Santé annonce sur un ton doucereux exaspérant, le déblocage d’un enveloppe de 70 million d’euros, miette ridicule relativement aux besoins, petite monnaie dont les professionnels de santé, à l’heure où j’écris, n’ont pas vu le moindre centime...



Imprimer cet article





Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône
jeudi 5 - 16h51
1 commentaire
Yémen : les images rares d’une guerre qui embarrasse le gouvernement français (vidéo)
mercredi 4 - 23h15
de : Nazairien
2 commentaires
La société pharmaceutique Ferring impliquée dans un nouveau scandale ?
mercredi 4 - 16h13
de : Pharmawatch
Les empoisonneurs.
mercredi 4 - 15h17
de : L’iena rabbioso
Hypotextile : Soutien à Constance seins nus
mercredi 4 - 09h25
de : Christian DELARUE
Appel à la mobilisation contre l’OMC et les accords de libre-échange
mardi 3 - 21h27
de : via campesina
Christophe Prudhomme, porte-parole des médecins urgentistes : « Il faut arrêter de gérer l’hôpital comme une entreprise »
mardi 3 - 17h08
de : nazairien
1 commentaire
AFFAIRE BENALLA : suite et... !Pas fin ?
mardi 3 - 15h29
de : JO
IN GIRUM - Les Leçons politiques des ronds-points
mardi 3 - 13h34
de : Ernest London
2 commentaires
Pour exploiter l’uranium kazakh, Orano va raser une forêt protégée
mardi 3 - 11h01
de : jean 1
2 commentaires
Propriétaires terriens, industriels, ministre corrompu : qui sont les pyromanes de l’Amazonie brésilienne
lundi 2 - 22h22
de : bastamag
Acte 42 : 31 Aout Hommage des Gilets Jaunes devant l’ONU à Genève à tous les blessés et mutilés (vidéo)
lundi 2 - 21h51
de : nazairien
5 commentaires
Tita Nzebi à l’Espace Sorano : au-delà de l’engagement contre la dictature
lundi 2 - 14h48
LE TRAVAIL M’A TUÉ
lundi 2 - 10h02
de : Ernest London

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire. Voltaire
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite