Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Et le dieu Silvio descendit sur terre et se fit homme


de : Gennaro Carotenuto
samedi 9 avril 2005 - 06h34 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 25.1 ko

de Gennaro Carotenuto traduit de l’italien par Karl&rosa

La participation de Berlusconi à l’émission de la troisième chaîne de la RAI Ballaro’ a été une surprise pour tout le monde, sauf pour Berlusconi lui-même. C’est un pas incontournable, qui est aussi sa dernière chance.

L’acceptation du débat public n’est écrite dans aucune loi au monde. Aucune loi électorale annexe au système électoral le débat télévisé. Avant la télévision, l’unique lieu de débat entre les différentes forces politiques était le Parlement, qui était, pour cela aussi, le lieu de la démocratie par excellence.

La somme "télévision + sondages + majoritaire/présidentialisme" permet aux hommes politiques de faire des calculs et de pouvoir choisir librement de se faire entraîner ou non dans le débat avec l’adversaire. Et, en général, le candidat en tête n’y a aucun intérêt , alors que le candidat qui le poursuit voit dans le débat un pouvoir thaumaturgique que généralement il ne possède pas. Cela à moins que le résultat ne soit vraiment incertain ou que la coutume du pays ne retienne comme une chose grave le refus par le candidat favori d’offrir cette opportunité à celui qui le suit. C’est par exemple le cas des Etats-Unis. Récemment, par exemple, en Uruguay, le candidat de la gauche Tabaré Vazquez, qui avait une très forte avance, a pu éviter le débat demandé désespérément par le candidat gouvernemental Jorge Larrañaga, sans payer aucun prix politique.

Dans le cas de Berlusconi, le refus dix années durant, décidément un record mondial en démocratie, de tout débat public avec l’opposition, a eu une triple valeur. D’un côté, il y avait pour lui le manque d’avantage à le faire, se considérant fortement en avance sur ses opposants.

De l’autre côté, il y avait l’arme - qu’il considérait très importante, mais peut-être pas si importante que cela, sauf comme excuse - de la non légitimité de l’adversaire. D’abord avec Prodi, en perdant, puis avec D’Alema, ensuite avec Rutelli (adversaire de Berlusconi au dernières législatives, NdT) et enfin à nouveau avec Prodi, Berlusconi a cru utile de jouer la carte de l’illégitimité et de la non représentativité de l’adversaire. Il est même entré de force sur le terrain adversaire pour disserter sur qui devait en être le candidat. En attaquant la légitimité des adversaires, Berlusconi obtenait aussi de nuancer sa propre illégitimité, due au conflit d’intérêts et à ses déboires judiciaires.

Troisièmement, il y a d’un côté le fait de vouloir se mettre au dessus de la mêlée, en se présentant - encore (sic) - comme l’homme nouveau, l’homme de la providence et du miracle qui ne se baisse pas au niveau de l’arène politique que lui, de même que l’opinion publique saine, méprise. Voila une des caractéristiques politiques de Berlusconi:un homme tout ce qu’il y a de plus vieux et qui aime se faire passer pour nouveau. Tout cela a été possible seulement à cause de la conjonction astrale du monopôle du système télévisuel italien, mais cela a été peut-être jusqu’ici le facteur décisif de ses succès.

La défaite des 3 et 4 avril a fait redescendre Berlusconi sur terre. Désormais Silvio considère l’arme de son illégitimité épointée pour ses adversaires. Lui est là. Et il est contraint de renoncer à l’arme de la supériorité, qui lui est particulièrement chère et utile, parce que la première et fondamentale raison qui le faisait renoncer au débat est tombée.

Le score de 52 à 45 en faveur de l’Olivier, d’où part la campagne pour les législatives 2006, impose ce qui n’est même plus un risque mais une imminence de défaite. Et cela n’a pas été donc pour endiguer à court terme la défaite, mais pour une obligation stratégique précise, que Berlusconi a choisi de commencer déjà par Ballaro’. S’il s’était agi d’un choix à court terme, il aurait pu continuer à endiguer sa défaite par la mort du pape comme les passeurs de communiqués à la presse et les sanfédistes continuent à le faire. Mais pour Berlusconi, ce qui a commencé mardi soir n’est rien d’autre que sa dernière chance, désormais mûre.

Le choix d’accepter, de descendre pour le débat public respecte donc le manuel pour l’utilisation politique des médias. Le débat public ne convient et ne sert pas à ceux qui ont l’avantage, il est désespérément recherché par ceux qui sont moins bien placés. En sachant qu’il a désormais 7 points de retard, il n’a pas d’autre choix. Il s’agira d’une année de surexposition, dans laquelle, forcément, son image va se modifier et il n’est pas dit que cela sera en sa faveur. Mais comme en ne la modifiant pas il sait qu’il a déjà perdu, il est naturel qu’il soit contraint à la modifier. Qu’il l’ait fait si tôt signifie seulement, comme c’est naturel, que le plan alternatif était déjà prêt et raisonné, même si la renonciation est coûteuse.

De plus : la cible de la pantalonnade d’hier soir n’était pas de disserter avec les chefs du centre-gauche. Avant tout, Berlusconi est intervenu personnellement pour débattre, déjà hier, tout simplement parce que La Loggia, Bondi, Cicchitto etc.(porte-parole de Forza Italia, NdT) ont été déjà virés sur le champ lundi soir. Forza Italia - le dégonflement des différents Fitto (le président de la région POUILLES battu par Vendola, NdT) l’a rendu évident - n’est QUE Berlusconi. Et seulement Berlusconi sait en vendre la camelote. A partir du moment où la camelote revient invendue, la dernière chose qui reste à celui qui a fait le business plan est de virer les vendeurs et descendre faire les marchés en première personne. Il s’agira pour lui d’une année de surexposition médiatique, de beaucoup de clientélisme et de peu de gouvernement.

Mais il n’est absolument pas dit qu’il ait devant lui un an. Pour le bien du pays, même un jour de moins serait un jour de gagné, mais il n’est pas dit qu’il n’y ait pas de conséquences sur le gouvernement à très court terme. Tabacci de l’UDC (la composante démocrate-chrétienne du gouvernement, NdT) n’est pas un kamikaze et même s’il l’est, il l’est pour le compte de Follini et Casini. Fini (ministre des Affaires Etrangères, NdT) ne peut pas ne pas revoir le sien de "business plan", qui à ce point là a comme objectifs également importants la permanence au pouvoir et la lutte pour la succession avec le fait que celle-ci devient, de jour en jour, prioritaire, et encore plus face à la forte probabilité d’une défaite en 2006. Qui descend le premier du bateau qui coule ?

Berlusconi demande aux siens 12 mois de carte blanche. Il n’est pas sûr que AN (les post-fascistes, NdT) et UDC puissent se permettre de la lui donner. Ils ont à peine tenu et les dépouilles de Forza Italia sont allées vers l’abstention justement au moment où le centre-gauche - par la provocation Vendola - décongèle une partie de son abstention. Sur l’autre front, la Ligue n’est disposée à faire aucun pas en arrière sur la deuxième lecture de la reforme scélérate de la Constitution. Pae conséquent, Berlusconi doit occuper la scène aujourd’hui aussi pour la soustraire à ses alliés. Et, en effet, sur la deuxième lecture, qui est en ce moment la clé de tout, Alemanno (Ministre de l’Agriculture, NdT) à Ballaro’ a reculé.

A sa première sortie "publique" après dix ans, pour Berlusconi cela ne s’est passé ni bien ni mal. Il répète les mêmes sempiternels mensonges et sait bien les répéter, même si le débat public, le fait de descendre sur la terre, ne peut que l’affaiblir. Seul avec Vespa (commentateur politique de la première chaîne TV, NdT) et le bureau en cerisier, il comptait sur la possibilité de dire des bêtises, de promettre le pont de la Terre à la Lune, de raconter que la télévision était dans les mains de la gauche sans avoir jamais personne qui riposte. Maintenant, il doit accepter que quelqu’un riposte et peut-être va-t-il découvrir que ce n’est pas un handicap si grave. Il est vraiment bon. Rutelli - médiocre comme toujours - lui a pratiquement fait des excuses pour la liste d’injures lue par Berlusconi. Celui-ci a été génial à moucher D’Alema quand ce dernier s’est laissé aller au ton d’un orateur de basse cour. Il est clair que le son de la corde du bonimenteur est moins suranné que celui de la corde de l’homme politique ringard et ceci est une carte qui reste dans les mains de Berlusconi. Au fond, il s’agit de sa parole contre celle de son adversaire. De plus, il est le seul qui soit arrivé à insulter et en même temps à se scandaliser des insultes d’autrui. Les autres étaient assez embarrassés par sa présence. Si j’avais été Rutelli je lui aurai rappelé que ce débat public arrivait avec quatre ans de retard. Berlusconi jouait en déplacement, mais il pouvait compter sur l’arme du contre-pied. Pour Alemanno aussi, dans le rôle de celui qui doit se démarquer mais pas trop, cela ne s’est pas mal passé. Il a souvent touché dans le mille avec Rutelli et D’Alema et il s’est efficacement démarqué de Berlusconi quand celui-ci a essayé de le coincer sur le programme exclusivement nordiste sur lequel il veut continuer imperturbable la législature. C’était ce qu’on voulait entendre en Via della Scrofa (siège de AN, le parti post-fasciste, NdT). Si la deuxième lecture est un écueil très dangereux, Alleanza Nazionale ne peut pas en faire abstraction si elle veut se repositionner pour une troisième lecture aussi importante, celle, en clé clientéliste, de la prochaine loi des finances. A ce point là, il conviendrait même au centre-gauche d’accélérer le plus possible la deuxième lecture et d’aller au référendum avant la loi des finances. Ainsi, à la fin, tout se dénouerait.

Une année d’omniprésence berlusconienne nous attend et il faudrait se faire une raison, aussi parce que, s’il devait perdre ensuite les législatives, la récompense serait son retrait immédiat de la politique. Le choix d’hier soir a dû coûter personnellement très cher à Berlusconi parce qu’il a dû renoncer, après dix ans, à être au-delà du bien et du mal. C’est véritablement sa dernière chance, mais il est plus dangereux que jamais, aussi bien politiquement que médiatiquement.

En tout cas, le véritable vainqueur de la soirée a été Giovanni Floris. Les qualités de ce journaliste à peine plus que trentenaire, qui, quand il était à New York, semblait quasiment toujours s’aligner, étonnent. Il n’a pas donné de coups de tranchant à Berlusconi, comme il le fait souvent contre des animaux comme Tremonti (ex ministre des Finances du gouvernement Berlusconi, NdT), mais hier il est devenu un journaliste politique de premier ordre.

http://www.gennarocarotenuto.it/dbl...

http://bellaciao.org/it/article.php...



Imprimer cet article





RTS : Suisse, la mortalité 2020 inférieur à celle de 2019, malgré le covid !
jeudi 6 - 14h06
de : RTS - Suisse
LIBAN : LA FSM EN SOLIDARITÉ AVEC LES TRAVAILLEURS ET LE PEUPLE DU LIBAN APRÈS LES EXPLOSIONS
jeudi 6 - 09h47
de : jodez
Trois quart de siècle plus tard…
mercredi 5 - 22h49
de : Pierre Péguin
A Sara Dura ! Un été de mobilisation contre le TAV en Val Susa
mercredi 5 - 22h42
de : No TAV
LE SOUVERAINISME AU SERVICE DE QUI ?
mercredi 5 - 19h42
de : Nemo3637
1 commentaire
Desabrahamisation de l’anthropologie pour la PMA
mardi 4 - 01h26
de : Christian DELARUE
Désabrahamisation de l’anthropologie : ouverture hors dogmes
mardi 4 - 01h12
de : Christian DELARUE
2 commentaires
FATIGUÉE
samedi 1er - 18h47
de : jean1
6 commentaires
BLACK AND WHITE
samedi 1er - 16h21
de : Nemo3637
Pénurie de gants ? La honte de ce régime ripoux !
vendredi 31 - 17h26
de : joclaude
VENEZUELA : L’IRAN ouvre à CARACAS son premier supermarché !
vendredi 31 - 16h48
de : joclaude
Report des élections Présidentielles en Bolivie.
vendredi 31 - 11h00
de : joclaude
Des personnalités appellent Darmanin à « soutenir » le policier « lanceur d’alerte »
jeudi 30 - 23h31
de : Christian DELARUE (MRAP)
1 commentaire
ATTAC : Gisèle Halimi n’est plus, Attac est en deuil
jeudi 30 - 00h06
de : Christian DELARUE (ATTAC)
Gisèle HALIMI, une grande militante - MRAP
mercredi 29 - 21h19
de : Christian DELARUE (MRAP)
BOLIVIE : La Centrale Ouvrière Bolivienne déclare une grève générale illimitée
mercredi 29 - 16h01
de : joclaude
29 juillet 1900 : un ouvrier anarchiste tue le roi d’Italie
mercredi 29 - 15h14
de : jean1
PLAN DE RELANCE EUROPÉEN : L’ARNAQUE MACRON
mardi 28 - 16h34
de : joclaude
1 commentaire
Fin des prospectus : les c…, ça ose décidément tout !
mardi 28 - 11h10
de : Michel B.
5 commentaires
Ceux qui doivent vivre et ceux qui doivent mourir ; la sélection
mardi 28 - 00h41
de : Jean-Yves Peillard
Affaire Girard-Coffin : Un effet Obono
lundi 27 - 23h03
de : Christian Delarue
4 commentaires
Un policier révèle des centaines de cas de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris
lundi 27 - 19h31
de : jean1
1 commentaire
OMISSION, DÉFORMATION, DÉSINFORMATION
lundi 27 - 17h32
COLOMBIE:L’Ambassadeur de Cuba en ce pays sollicité pour l’envoi de médecins !
lundi 27 - 15h37
de : joclaude
CASTEX : "Monsieur T2A", casseur de l’Hôpital
lundi 27 - 14h43
de : joclaude
L’Espagne se propose de rééduquer les prisonniers politiques
dimanche 26 - 22h51
de : Antoine (Montpellier)
3 commentaires
Le Covid-19 frappe plus durement les pauvres !
dimanche 26 - 16h36
de : joclaude
1 commentaire
NICARAGUA:Le président Daniel Ortega, a commémoré le 41e anniversaire de la révolution.
vendredi 24 - 11h21
1 commentaire
MEXIQUE:Certains devraient y réfléchir puisque apparemment, c’est possible !…
vendredi 24 - 10h48
de : joclaude
Séparatisme désormais !
jeudi 23 - 23h17
de : Christian Delarue
4 commentaires
LE MONDE CHANGE, l’impérialisme ne va pas tarder à s’en apercevoir !
jeudi 23 - 18h00
de : joclaude
Je n’ai qu’un cri : scandaleux !
jeudi 23 - 11h34
de : joclaude
LE SEGUR DE LA HONTE !
jeudi 23 - 11h08
de : joclaude
Tensions au Caucase : une diversion opportune pour Nikol Pashinyan ?
mercredi 22 - 20h58
2 commentaires
HONG-KONG : Pour savoir de quoi on parle !
mercredi 22 - 15h02
de : joclaude
3 commentaires
LIBÉRONS GEORGES IBRAHIM ABDALLAH
mercredi 22 - 09h46
de : jodez
MACRON PUTAIN, ENCORE 600 JOURS
mardi 21 - 21h05
de : joclaude
L’ODEUR DU CACA BRUN
lundi 20 - 18h47
de : Nemo3637
1 commentaire
20/07/2001 - 20/07/2020 : Carlo Giuliani
lundi 20 - 13h55
de : Roberto Ferrario
MA COMBINE CONTRE LE VIRUS : SANS CHEMISE SANS PANTALON !
lundi 20 - 10h54
de : Nemo3637

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite